1

Il faut se garder de l’homme et de l’ours polaire. Pour les avoir bien observés, je ne relève au bilan aucune différence essentielle entre le premier – face d’ange, blancs conseils, bienveillance d’apparat – et le second – tête de peluche et crocs aveugles : leurs destins se confondent.
L’homme deviendra-t-il le compagnon du dernier ours polaire qui pleure sur la banquise ? le dernier locataire du zoo de Saint-Félicien ? Ou l’ours polaire, dans le silence des glaces, sauvera-t-il l’homme de son aveuglement ?

Jean Prod’hom