Dimanche 9 novembre 2008

Je relis aujourd’hui la note d’un élève publiée sur le blog de la classe 11 vendredi passé. Je repense à sa genèse et à son histoire qui me semblent exemplaires.
D’abord l’élève ne veut pas à tout prix être original, il s’arrête modestement sur un point qui l’aiguillonne.
Quelles sont les règles d’utilisation des prépositions « à » et « chez ». C’est une question, écrit-il que « je me pose presque quotidiennement lorsque je me rends en ville ».
N’étant pas en mesure de résoudre seul cette difficulté, ou pour vérifier certaines de ses hypothèses, l’élève se lève et fait des recherches, s’enquiert à gauche, s’enquiert à droite. Immanquablement celui qui cherche trouve, en l’occurrence un site qui lui fournit une petite règle.
Commence alors le lourd travail de rédaction, il s’agit pour l’élève de rendre aux deux voix ce qui leur revient, de les entremêler sans que l’une dévore l’autre, la sienne qui interroge et la voix du site québécois qui répond : polyphonie.
L’élève réussit dans cet exercice difficile et pourtant si essentiel ; il maintient en effet à bonne distance les deux voix, les conjugue sans les confondre. On insistera jamais assez dans notre métier sur le travail à entreprendre sur cette question si l’on ne veut pas continuer à recevoir des travaux qui ne sont que des copies à peine transformées de textes d’inégale valeur, que des élèves s’attribuent sans gêne et qu’ils signent sans l’ombre d’une inquiétude.
C’est à l’école certes de faire en sorte que les connaissances de l’élève croissent, mais c’est à l’école de prendre les mesures nécessaires pour que l’identité de chacun ne soit pas bafouée.
Avant de le publier, nous passons une bonne demi-heure à régler encore quelques aspects de son texte, des points de détail qui mènent souvent si loin, au coeur des problèmes. Je passe un de ces moments qui enchantent les enseignants désormais prêts à se battre pour reculer l’âge de la retraite.
Je lui envoie alors un mot, qu’il ne croie pas que la demi-heure passée à reprendre quelques points de son texte entame la valeur de celui-ci, je le félicite pour l’indépendance de son esprit, la recherche honnête qu’il a effectué sur internet, du temps important qu’il a passé à la rédaction de son texte, des égards dont il a fait preuve pour l’orthographe et la syntaxe du français. Et je conclus par l’évocation de l’excellent moment que j’ai passé à retravailler son texte avec lui.
Par retour du courrier, je reçois un mot de remerciement. Je décide de reculer plus encore l’âge de ma retraite.

Jean Prod’hom