La vitrine de nos oeuvres

Deux élèves attentionnés m’envoient au cours du week end un commentaire à la note de l’une de leurs camarades consacrée à la lecture d’un récit terminé il y a peu. Leurs deux textes sont malheureusement minés d’erreurs orthographiques que l’un et l’autre auraient aisément pu éviter s’ils avaient pris un peu de ce temps que Dieu a mis à notre disposition pour ramasser les déchets, les ratés, les coquilles,.. que nous sommes immanquablement conduits à produire dans nos ateliers.
Dans nos cours de récréation aussi où les élèves de la classe 11 sont conviés chaque mercredi matin à collecter les papiers multicolores que leurs camarades abandonnent nonchalamment.
Je décide donc de rayer de mes charges mes bons offices de concierge et de ne pas corriger leurs commentaires, à l’inverse de ce que je fais depuis 15 mois, chaque jour ouvrable, à la réception de chacune de leurs contributions. Et j’édite séance tenante leurs deux commentaires.
Le lundi matin, je fais part aux élèves de ma décision en ajoutant sentencieusement que si le blog est bel et bien la vitrine de l’excellence de leur travail, il peut devenir le théâtre de la transformation de leurs vertus en vices.
Un élève m’écoute tout particulièrement – c’est l’un des généreux commentateurs de la veille ; il semble avoir compris le message et semble m’indiquer par un sourire qu’il a décidé à l’instant de prendre en main son destin et la vitrine de ses oeuvres. Je m’en réjouis.
A 13 heures 30 donc, je reçois de l’élève son commentaire récrit à nouveaux frais, des erreurs ont disparu. C’est la démonstration partielle que la question de l’orthographe française ne relève pas de l’orthographe, mais d’une décision éthique.
Des erreurs ont disparu certes, mais pas toutes, de nombreuses erreurs clignotent encore. La partie n’est pas gagnée.
Quant à l’autre commentateur pas de nouvelle !

Jean Prod’hom