Trésy des Amoureux



Avec quelques élèves qui ont terminé l’inventaire des prénoms de tous les êtres qui les entourent et qu’ils aiment, j’écoute les noms de lieux que Valère Novarina a scandés en 2007 à l’occasion de l’émission A voix nue d’Odile Quirot.
Me parviennent alors par un canal dont j’ignore le tracé quelques syllabes sonores d’un nom de lieu que Novarina ne dit pas, Trésy des Amoureux.
Je mets ces quelques syllabes de côté et les élèves au travail ; casquée comme un pilote long courrier, sous le regard curieux de ses camarades, M égrène le chapelet de prénoms de ceux qu’elle aime et qu’elle a mis en page comme un poème. Pas si simple de donner une allure sonore à cet objet, l’architecture et l’intention manquent encore, mais le texte de Valère Novarina et ce que recèle le nom de Trésy des Amoureux me rassurent.
C’était au printemps 1991, je venais de lire le texte de Jacques-Etienne Bovard sur la Venoge. Nous avions organisé, un collègue et moi, une balade de trois jours sur ses rives, de Saint-Prex à l’Isle en passant par Cuarnens la honte, Nous avions intitulé cette sortie de fin d’année : De l’Enfer au Paradis en passant par Trésy des Amoureux. Trois belles journées, têtes à l’air, dont je me souviens jusqu’aux moindres détails. Et si ceux-ci demeurent vivants aujourd’hui, c’est, je crois, par la grâce sonore de Trésy des Amoureux.

Jean Prod’hom