Patchwork



Fin de journée en eau de boudin, carottes rouges et poireaux. Ce que j’ai mis en place est un peu juste, un rien a fait vaciller une architecture fragile. C’est bien sûr à cause des autres, les temps sont pourris, je suis le mal aimé, d’ailleurs c’est bientôt la fin du monde…
Les dix minutes qui suivent la fin des cours, je les passe seul et épuisé dans la salle d’informatique, en compagnie des quinze ordinateurs qui ronronnent ; les mots bienveillants d’un collègue finissent de me remettre la tête d’aplomb, mais je ne suis pas en mesure d’exiger de mon esprit qu’il mette de l’ordre dans les quelques pensées qui m’ont accompagné ce matin et cet après-midi tandis que je traitais de la syllabation, que j’évoquais Balboa découvrant le Pacifique ou que les élèves inventoriaient les désignations du Grand Meaulnes.
J’aperçois, je ne sais où dans cette salle déserte, pêle-mêle, des morceaux de réflexion, des lambeaux de pensées,… et quelques pépites pour survivre et ne pas désespérer complètement, les satisfactions paradoxales que m’apporte l’enseignement de la syllabation et des accents, les lignes sur le tiret dans le Traité de la ponctuation française de Jacques Drillon et la délicate question de l’accord du participe passé des verbes conjugués avec l’auxiliaire avoir, qui apporte tant de plaisir à Pascal Quignard lorsque leur complément est un nom féminin.
J’aurais tenté – si les précautions matérielles de l’ingénieur avaient été à la hauteur des ambitions pédagogiques de l’architecte – de mettre bout à bout tout cela, à quoi j’aurais ajouté pour border le patchwork de ma difficile journée la liste des problèmes de peu d’envergure que je rencontre chaque jour et qui ont fait de cette fin d’après midi quelque chose comme la fin du monde, bien sombre si je ne l’avais sauvée en soirée par la découverte sur mon ordinateur de la combinaison-clavier du tiret.

Jean Prod’hom