Credo

Je crois que je suis et qu’il existe un monde, et que ce monde persévérera dans son être, quand bien même je ne serais pas. Et j’appelle avec d’autres ce monde monde. Et je crois que ce monde recèle quelques beautés qui méritent d’être chantées. Et je sais que tu crois, toi aussi, que ce monde recèle quelques beautés qui méritent d’être chantées.
Tu crois de ton côté que tu es et qu’il existe un monde, et que ce monde persévérera – peut-être – dans son être, quand bien même tu ne serais pas. Quoi qu’il en soit, tu appelles ce monde monde. Tu crois que ce monde recèle quelques beautés qui méritent d’être chantées. Et tu sais que je crois, moi aussi, que ce monde recèle quelques beautés qui méritent d’être chantées.
Nous savons désormais que nous croyons avec force tous les deux que nous sommes et qu’il existe un monde, et que ce monde persévérera – peut-être – dans son être, quand bien même nous n’en serions pas l’un ou l’autre. Nous savons que nous croyons qu’il existe un monde que nous avons appelé monde et nous savons que nous croyons tous les deux qu’il recèle quelques beautés qui méritent d’être chantées.
Tout cela nous le savons, et ce n’est pas rien !

Jean Prod’hom