Croy – Romainmôtier

Il a le sourire aux lèvres et les mains dans les poches, il observe un peu raide les enfants qui se baignent dans la grande fontaine tirée de la carrière du Grand Chanay. Il s’appelle Jasmin, Jasmin Roy, mais il précise d’emblée qu’il est un Roy de Premier sans royaume.
Quelques pas ont conduit Jasmin de Premier à Croy en passant par Romainmôtier, et le voici là depuis plus d’un demi-siècle, employé agricole, syndic quelques paires d’années, retraité aujourd’hui. Il a 82 ans et sait presque tout de l’eau, sauvage et apprivoisée.
On n’utilise plus les lavoirs en contrebas. Le progrès est monté au milieu du siècle passé d’Orbe et d’Echallens. On a descendu pourtant quelques années encore le linge au bord du Nozon pour rincer ce qu’on avait lavé dans ces tambours qui ont changé nos vie. Et puis on est descendu une dernière fois aux lavoirs en 1955, pour laver les sacs de jute avec lesquels on avait charrié les patates jusqu’à Cossonay et les boyaux du cochon que chaque famille élevait.
Il est cinq heures, l’orage menace, Il fait un cagnard du diable, une vingtaine d’enfants se baignent comme il y a cinquante ans, rien n’a changé sur la place. Deux bassins, le petit de 1796, le grand de 1828.

Croy n’avait que des auges en bois, mais à la fin du XVIIIème siècle et au début du suivant plusieurs communes commandent des bassins en pierre de roc conçus à Vaulion par une nouvelle génération de carriers, les Michot, les Bignens, les Reymond de Nidau et les Magnenat : à Eclépens, à Romainmôtier, La Sarraz, Juriens… Croy suit le mouvement et se dote de fontaines, et nous y voilà, et on s’y baigne.
Jasmin raconte alors l’histoire des fontaines de Croy qu’il tient de Paul Bonard, un ami à lui, qui a écrit un beau livre : Fontaines des campagnes vaudoises.

Quand les habitants de Croy virent passer, en novembre 1795, le bassin que Marc Antoine Bignens allait livrer à Eclépens, ils envoyèrent, cinq jours plus tard, le boursier et le conseiller Cavat à Vaulion, pour « discuter l’achat d’un bassin en pierre ». Mais c’est avec Jean-François Michot qu’ils traitèrent, et, l’année suivante, « douze hommes et seize bêtes » s’en allèrent la chercher au-dessus de Vaulion. On le plaça au bas du village.
En 1828, on amena du Grand Chanay le beau bassin, dont un angle se brisa à la sortie de la carrière. On le répara tant bien que mal, avec ciment et crampons de fer, puis on l’amena avec les plus grandes précautions sur des rouleaux au village, où il fut placé à côté de celui de 1796. Ils n’ont plus été séparés depuis lors.

On laisse Jasmin derrière nous avant que l’orage nous surprenne. C’est fait à quelques pas du porche de l’abbatiale de Romainmôtier. On se précipite dans le refuge, on s’assoit sur les murets de pierre. Les éclairs tracent d’incompréhensibles lettres dans le ciel et le sol tremble, c’est un dallage de pierres couleur de paille, elles brillent, chacune d’elle comme une fontaine.

Jean Prod’hom