XXXV


Les fins d’été sont difficiles pour les tenanciers d’auberge, les restaurateurs, les amuseurs publics. Les étrangers sont à l’étranger, les autochtones terminent les moissons, commencent les regains ou sont au bord de la Grande Bleue, bûcheronnent, errent dans les Alpes plus près du ciel. Quelques égarés, rares, s’aventurent dans nos contrées pour un tourisme rural fort discutable, on a signalé plus au nord quelques moines qui recherchent dans les bois des clairières, les affaires s’en ressentent. Il y a bien quelques clients qui s’arrêtent sur le chemin de Compostelle, mais c’est si loin encore et les chemins sont si nombreux.
Paul, un vieil ami, qui tient un camping dans la région a fait afficher dans tout le district des placards :

Venez pendant tout l’été au camping du Neyrvaux découvrir l’art du camouflage d’ici et d’ailleurs !

Suit la liste exhaustive des animaux exposés :

Brookesia superciliaris jouant au mort
Caméléon dans un tas de feuilles
Uroplatus fimbriatus sur un tronc
Grenouille Mantidactylus lugubris
Phasme sous des feuilles
Coléoptère Lutinus
Insecte imitant une feuille
Phasme forme de marron
Gecko à queue de feuille
Katydide feuille
Zèbre, léopard et jaguar dans la savane

J’entre donc en cette fin d’après-midi dans l’annexe de l’épicerie du camping, un joyau de la zoologie rurale, immédiatement surpris par les nombreux curieux qui viennent des alentours et de plus loin encore. Paul se réjouit, je lui souris et rejoins les vingt clients penchés sur les dix terrariums répartis tout autour de la salle qui n’hésitent pas, entre deux observations, à rafraîchir leur gosier d’un peu de ce vin blanc qui aide ceux de chez nous à y voir plus clair, jusqu’à voir l’invisible. A l’affût un certain temps, ils ne veulent pas passer pour des ringards si bien qu’ils repèrent assez rapidement, parfois à double, ces animaux qui m’échappent depuis le début.
Car si je vois de la terre, des feuilles, des branches, quelques marrons,… je n’aperçois aucun gecko, aucun phasme, aucun katydide.
Je regarde autour de moi, défait, ils sont fiers eux de les avoir vus, pas suffisamment téméraires toutefois pour se risquer à l’étage et repérer le zèbre, le léopard et le jaguar que le patron loge pour l’occasion dans les trois chambres fraîchement tapissées.
L’annexe ne désemplit pas. Je jette un coup d’oeil perplexe à Paul qui me sourit, puis cligne une paupière, je souris à mon tour.
J’aurais dû m’en douter depuis le début, derrière son visage de paisible animateur Paul cache une âme de battant, il a fait de ses clients des pigeons qui s’ignorent, captifs dans une volière payante. Quant à moi je fais l’autruche avant de déguerpir en m’arrêtant pourtant un bref instant devant un terrarium vide, placé discrètement près de la sortie du camping, sur la face duquel on peut lire : Au caméléon inconnu.

Jean Prod’hom