Dimanche 30 janvier 2011

Elles se promènent, retraitées bientôt, sur les quais entre Paudex et Lutry, voix rauque des demi-distinguées et mises en plis sous chapeaux d’apparat. Il semble que leur belle amitié file sur des rails. De loin en tous cas, car je comprends vite qu’il s’agit en réalité d’une petite association de malfaiteurs.
Elles s’arrêtent à deux pas d’un portail ouvrant sur le lac mais fermé à double tour. Leur foie torturé a repeint leur visage en jaune, l’acidité de leur estomac les oblige à tordre les lèvres, de la vapeur sort de leurs bouches sèches, c’est de l’aigreur. Leurs jambes sont des fers cassants, leurs mains s’agrippent au vide. Enfermées dans une bulle de haine, elles semblent respirer encore. Je tends l’oreille pour fouiller leurs secrets.
Elles organisent aujourd’hui le lynchage de leur ancienne meilleure amie. Le rituel est fixe : chacune à son tour lance une flèche qu’elle justifie par le récit bref d’un événement dont elle tire elle-même une condamnation définitive. L’autre ricane, confirme la sentence en ajoutant quelque chose comme une preuve, inarticulée, avant de reformuler le jugement. C’est sans appel. A l’autre de lancer sa pierre : récit bref, justification, condamnation, ricanement, confirmation, petit ajout et reformulation. Et ainsi de suite.
Elles ont tant de raisons d’en vouloir à leurs meilleures amies que l’opération se prolonge, emprunte des chicanes, faisant voir parfois d’étranges détours au cours desquels elles ne peuvent s’empêcher de condamner les pauvres (qui pourraient quand même travailler), les malchanceux (qui l’ont bien voulu), les malheureux (qui rampent au lieu de redresser la tête). Elles s’arrêtent enfin. Le lynchage est en effet si bien engagé qu’il peut continuer et se terminer sans elles. Leurs victimes agoniseront seules.
Elles s’éloignent en silence, deux silhouettes au long cou dressé comme celui des cormorans, elles suçotent leur triomphe. Direction tea-room où je les aperçois plus tard, épuisées par la bataille qu’elles viennent de livrer. C’est la faim, elles plissent leurs lèvres de plaisir en pinçant un bricelet qui craque sous les dents. A leurs pieds un chien broie les restes d’une carcasse de poulet que l’une d’elle a conservé dans un papier d’aluminium. Leurs mains lourdes des bijoux de l’avarice s’agrippent à une tasse de thé noir qui ne s’en formalise pas. Moi j’hésite, pèse le pour et le contre. Faut-il que je dénonce à la Cour internationale de justice ces femmes qui se privent de tout pour faire la peau des absents avec des cure-dents ? Je crains qu’elles ne passent encore une fois entre les gouttes, mais qu’elles prennent garde, une lutte acharnée contre ces associations de malfaiteurs se prépare, des avocats ont flairé le bon coup et préparent des dossiers.
En sortant du café, j’aperçois sur le toit plat d’un immeuble résidentiel une douzaine de hérons immobiles qui guettent de là-haut le gros poisson, fiers, hautains. Eux ne parlent pas, ils conchient les balcons de gros industriels que l’on aperçoit derrière des baies vitrées. Ils regardent la télévision le dos tourné au lac. Un rouge-gorge s’éloigne en sautillant sur le brise-lames gorgé de fer. Il s’en fout.

Je continue les yeux baissés. Peu de déchets, peu de tessons, je le craignais. Faudra-t-il que je remette à l’eau ceux que je ramasse depuis 20 ans ? Suis-je le seul à avoir fait main basse sur la polychromie des rives du lac Léman ? Lugrin Tourronde, Meillerie, Epesses, Nyon,… Je découvre enfin le tesson que j’étais venu chercher. Mon après-midi est sauvée, vais pouvoir terminer ma lecture de Quignard et préparer ma visite chez Juliette Mézenc.

Un petit saut dans le temple de Lutry. Sur le lutrin le Psaume 82.

Rendez justice au pauvre, à l’orphelin,
déclarez juste l’humble et le pauvre.
renvoyez libre le pauvre,
arrachez le faible aux prises de l’impie.
Dieu lève-toi ! juge la terre,
car tu es l’héritier de toutes les nations.

Je ne peux m’empêcher de penser aux deux paroissiennes qui ont rendu justice tout à l’heure au bord du lac. Et continue ma visite ; dans une vitrine à l’entrée, des brochures au titre évocateur : Au bout de la nuit / Châle de compassion / N’attendez pas d’être épuisé / Chaque minute dans le monde, un enfant perd la vue ! Il fait un peu froid dans cette église. Faut filer, prendre de la hauteur, quitter le lac et sa ceinture noire, l’oeil torve des hérons, les gros industriels, les complots de la haine ordinaire. Je remonte à Mézières par Savigny et Moille-Margot avant de rejoindre le Riau par le château de Ropraz. Le jour est fade et pâle, les verts et les roux refroidis par le givre lissent le paysage que la terre noire au pied des haies vives fait bourronner. Pris dans la ronde du jour blanc les cris sont étouffés, les ravages de la petite propriété sont avalés, on pourrait presque y habiter.

Jean Prod’hom