Dimanche 17 juillet 2011

Deux belles et longues heures sous un parasol aux allures de liseron blanc devant un thé sur la terrasse du Sévigné, une fin de matinée sous une pluie fine, rare dans cette petite ville qui peine à se réveiller ; elle disposera après la sieste d’une seconde chance pour se lancer en plein jour, mais sans conviction. Deux coups de tonnerre et les cris d’un enfant à la table voisine – j’ai vu Michel Drucker en vrai – n’y changeront rien.
Voir en vrai  ? Je ne les verrai pas, ni ne souhaite au fond les voir ceux que j’imagine désoeuvrés dans un salon plongé dans l’ombre, à deux pas de cette terrasse, le peintre et l’écrivain.
Ils se retrouvent comme chaque dimanche dans la maison du premier, à 11 heures pour un repas maigre et une après-midi qui se prolonge jusqu’au soir, car il ne peint pas plus que lui n’écrit, ou presque plus, ni l’envie ni la force. Leurs compagnes ne sont pas bien loin mais on ne les entend pas, elles n’ont jamais imaginé que les choses puissent s’arrêter, il faut arroser les fleurs et nourrir l’appétit d’oiseau de ceux qu’elles ont servis tout au long de leur vie.

Ils sont seuls dans la fraîcheur d’un salon un peu sous terre qui est comme un centre du monde. Ils ont enfin la vie devant eux, devant eux les jours et les nuits cousus comme un seul jour. Dehors il pleut, ils ne sortent plus, surtout pas le dimanche, ou à contre-temps lorsque le village se ressaisit à l’aube ou au crépuscule des entre-saisons. Ils sont maintenant assis et occupent chacun l’un des côtés d’une longue table sur laquelle traînent les traces d’un repas frugal, les couverts, quelques fruits, deux verres de vin, une carafe d’eau. Ils parlent, sortent de leurs poches profondes des morceaux de souvenir qu’ils déposent sur la table à côté de la corbeille de pain, vieux arbres sans fruits qui ne demandent rien. De la suite il n’y en a que dans le silence, il s’ébroue et les rafraîchit, faufile bout à bout leurs propos qui tombent du ciel comme des samares et les font sourire.

Ils ont l’appétit des oiseaux mais ce sont des géants, modestes et sans crainte dans les long rouleaux du silence, ils détestent par-dessus tout les cris des enfants qui entament leur corps chétif. Ils se ressemblent, se ressemblent tellement qu’on aurait peine à dire qui a écrit et qui a peint, car ils sont d’après, nés de la dernière pluie. Ils vont se coucher les mains vides, un mot parfois, mais vite oublié, ou une idée qui reste sur le seuil.
Ils énumèrent ce qui fut, mais n’évoquent ni la peinture ni l’écriture, ils ne regrettent rien, noctambules du jour c’est ensemble qu’ils se sentent bien, confondus dans l’ombre du salon comme l’inconnu dans la foule. Le reste du temps ils le passent à surveiller ce qui demeure et empilent leurs affaires qui traînent sur les commodes, ils décantent leur vie.
Ils sont comme tous les autres, mais eux sont arrivés à leur fin, ils ont fait un pas de retrait et laissé toute la place au silence qui les a portés, eux et leur folle entreprise, ils sont devenus ce qu’ils ont écrit et ce à quoi ils ont renoncé. Ils le rédigent à leur insu derrière la porte, dans le clair-obscur, et je n’en saurai rien.

Jean Prod’hom