Même dispositif que la veille

Même dispositif que la veille, tout le monde sur l’Alpe. Quant à moi, je descends avec mes raquettes sur Dranse, par le Roc de Cornet. Fais une halte Chez Petit. Il y a foule devant le chalet-d’en-bas, une foule qui se disperse, les uns vont à Liddes, d’autres à Bourg-Saint-Pierre ou Martigny. Je parle un peu avec J.-L. qui reste seul, il est à l’AI. Il me raconte que lui et ses frères et soeurs ont laissé aller le domaine depuis 2007, lorsque ses parents sont décédés. Aujourd’hui il ne fait rien, il marche parfois jusqu’au contour, c’est sa promenade. A midi et le soir il va manger chez sa soeur à Liddes. L’idiot est désarmant de tranquillité, si attachant que je ne sais comment demeurer un instant encore avec lui. Je lui demande s’il sait apprivoiser les chevreuils ou les chamois. Tu vois, qu’il me dit, le jour ils ne sont pas là, ils sont craintifs, ils se cachent dans la forêt. Et la nuit on ne les voit pas. Je ne sais pas pourquoi j’aime tant les idiots, ces assistés qui ne seraient rien sans nous. Mais que serions-nous sans eux, sans cette tranquillité, cette paix qu’ils mettent dans tout et qui ne les touche pas  ?
Je rejoins le lit de la Dranse après le terrain de foot et la déchèterie, Marche deux bonnes heures sur un sentier qui la longe. Ne rencontrerai qu’une dame de Bourg-Saint-Pierre et une fille qui ne lui ressemble pas. Elle y a vécu toute sa vie, mais il y a quelques mois, elle et son mari ont décidé de partir, en deux étapes. C’est pas simple de quitter son pays. Ils ont vendu leur maison d’en-haut et ont emménagé à Liddes. Avant de trouver un appartement dans la plaine à Martigny. Elle a le visage triste des gens qui sont nés dans le regret, qui ont vécu dans une immense solitude, avec à fleur de peau une gentillesse que les autres n’ont pas.
Un rapace quitte le nid d’aigle situé sur une falaise du côté d’Azenin, il plane en piquant droit sur la Combe de l’A. C’est un aigle.
Bois un café à Bourg-Saint-Pierre, m’informe d’un bus, rien avant une heure. Je rejoins la route que descend du col et demande à un inconnu qui sort d’un bistrot de me ramener à Liddes. La cinquantaine, satisfait de ce qu’il est, de Bex où il vit. Mais il ne comprend pas pourquoi certains vont à pied, dans la neige, montent au sommet des montagnes pour finalement en redescendre. Renonce à lui répondre.
Sandra vient me chercher à Liddes, on boit un verre de vin blanc avant de remonter à Vichères. Tout le monde est là. La vie communautaire reprend.

Jean