Lève un oeil à 8 heures

Lève un oeil à 8 heures, un second à 8 heures 30, puis plus rien jusqu’à 10. J’en connais qui auraient vivement brandi un carton jaune, convaincus que ces heures perdues le matin sont des pertes sèches. Les poules, elles, sont déjà dehors, la porte du nichoir n’a pas été fermée, ce sont les petites qui ont joué hier et qui n’ont pas pensé au goupil. On se réjouit qu’il n’en ait pas été informé, on répète aux enfants les conséquences de tels oublis, sans y croire vraiment, persuadés que la meilleure leçon est donnée par les crocs du renard. Les crocus bleu pâle sont ouverts  ; une fine pellicule transparente, veinée, colle au ciel. Cacao passera la journée dans son parc.
On charge la voiture et on file en direction de la Veveyse. Dans les champs, en bas, la terre humide des labours d’automne brille, il fait une dizaine de degrés. Plus haut, les herbes jaunies et sèches des pâturages poussent les restes de neige qui font comme des chapeaux.
De la neige il y en a un peu plus à Rathvel. Les raquettes aux pieds, j’aperçois Sandra en bleu, Lili et Arthur aussi, en rouge Louise, disparaître dans la petite foule qui attend au bas des installations, puis réapparaître sur le téléski. M’en vais derrière l’épaule du Niremont jusqu’à ce qu’on devine dans la brume le Léman, grimpe ensuite jusqu’au sommet, m’adosse au chalet en haut de l’arbalète, rejoint par des randonneurs puis par les miens. On pique-nique. En face, les coulées de neige ont sali les pentes de Teysachaux et de la Dent de Lys, mais les randonneurs s’y aventurent quand même.
On se sépare encore une fois et je plonge sur Semsales dans la neige lourde et grasse, saoulé par le soleil. Y suis comme convenu entre 15 heures 30 et 16 heures. Bois un thé dans un café qui accueille cet après-midi une poignée de vieux et de vieilles, babillards à l’excès et mauvaise langue. N’y reste pas. Je devine que la chaleur a incité les petits et Sandra à prolonger l’après-midi sur les pistes. Je lis en les attendant le Journal de Paul Klee sur le muret qui borde la place de l’église. Il se rend en 1890 de Berne à Soleure de nuit, pour gravir à l’aube le Weissenstein avant de se retrouver à 15 heures 30 dans une brasserie de Soleure, harassé par 13 heures de marche. Il repart pour Berne en train. Il a 21 ans.
On se retrouve à un peu plus de 17 heures devant l’église de Semsales, les portes grandes ouvertes, heureux d’avoir prolongé cet après-midi, les derniers sur les pistes. Retour au Riau avec des chants, ceux de Louise et Lili, et des plaintes, celles d’Arthur qui a mal à la tête.
Ce soir, parce qu’on veut faire de nos enfant des enfants de notre temps, on projette sur le beamer les Intouchables, un film qui ne fait pas de mal, qui nous rappelle à l’envi que les handicaps sont bien plus supportables lorsqu’on ne manque de rien, lorsqu’on dispose d’une maison, d’argent et d’assistance.

Jean