Holan a écrit ceci

Capture d’écran 2015-03-27 à 20.52.38

Cher Pierre,
Holan a écrit ceci : Tu ne sais d’où vient ce chemin qui ne te mène nulle part. C’est la fin de l’après-midi, le soleil a transformé en or tout ce qu’il a touché, même la pluie. Personne. L’heure s’attarde, je resterais bien encore un petit bout d’éternité, sans savoir comment et pourquoi je me trouve là.

IMG_6636

Il n’y a que la langue que nous avons en partage, sur laquelle reposent nos échanges et nos vies  ; à l’intérieur de laquelle il est possible, cependant, de considérer ce à quoi il nous a fallu renoncer, terre immense et buissonnante dont nous devinons l’étendue et à laquelle nous devons, quel que soit le prix, préserver l’accès, ne serait-ce que poétiquement. Terre qui ne s’est jamais défilée et qui veille, prête à reprendre ses droits si nous excédons les limites qu’elle nous invite, depuis la nuit des temps, à fixer nous-mêmes, en recouvrant d’une fine poussière le plateau d’un jeu dans lequel on se sera tout à la fois égarés et rendus captifs.
Reçois un mail que la Fondation pour la collaboration confédérale a envoyé à Pascal Rebetez, il s’agit d’une fondation qui encourage les échanges culturels entre les régions linguistiques par la publication de traductions d’auteurs suisses contemporains. Elle lui signale que la Commission de publication a proposé de mettre dans son programme Tessons (traduction en allemand et en italien). C’est dire que, si j’ai bien compris, ce petit livre sera proposé aux maisons d’édition suisses. Et s’il s’avérait que l’une d’elle s’y intéressait, elle serait soutenue par une contribution aux frais d’impression, et la traduction subventionnée par Pro Helvetia. Ce serait encore une bien jolie histoire.
Les enfants dorment, les taux hypothécaires sont bas, l’emprunt a été accepté. Une fois encore, jusqu’à tard, on se penche sur les plans, ceux de la salle de bains cette fois. Il est passé minuit quand je vais me coucher.

Jean Prod’hom