Gif | 22 août 2015

bergounioux_marges_prodhom

Cher Jean,
Nous sommes deux inquiets, l’un du Jorat, en Suisse, l’autre, français, d’origine limousine, aux portes de Paris, à croire devoir garder trace du temps qui passe et à échanger quelques observations, à ce sujet, par dessus la frontière. Je n’ai pas vu que ce que vous notez, de votre côté, ni nos petits courriers attentent à aucun principe, éthique, esthétique, théorique, politique… J’ai noté, dès l’enfance, la rigueur morale des quelques copains protestants que j’avais, dans le Sud-Ouest. Ils n’étaient pas drôles, riaient difficilement, se tenaient sur leur réserve mais on pouvait compter sur eux, ce qui n’était pas toujours le cas avec les papistes. La totalité de l’histoire, du passé demeure présente dans les agissements des vivants.
Frappé de l’attention que vous donnez, entre mille autres choses, aux bouvreuils. De vivantes merveilles, auxquelles on peut toutefois reprocher de manger les bourgeons floraux et de nous priver de fruits. Les petits appareils numériques ont tout changé. On peut aussi extorquer des images précises, en couleur, au flux temporel, fixer l’atmosphère sonore. Où ai-je vu qu’une thèse avait été consacrée à celle des rames de RER, avec le bruit croissant et décroissant du moteur électrique, l’annonce de la station par une voix préenregistrée, d’homme ou de femme, les sonneries des portables, les conversations, à haute et intelligible voix des téléphoneurs, la détente de l’air comprimé à l’ouverture des portes, la sonnerie précédant le départ… L’écriture a donné aux mortels que nous sommes la possibilité d’étendre indéfiniment leur mémoire, donc leur conscience. Rien peut-il échapper à la révolution numérique ?
Ne vous tourmentez pas. On a déjà bien assez de soucis comme ça. Bonne journée. Amitiés.

Pierre

 

DSC05690
Photo | Pierre Bergounioux