Mon amour pour les arrosoirs

Capture d’écran 2016-04-17 à 16.25.40

Mon amour pour les arrosoirs, né il y a cinq ou six ans, s’est affiné à l’époque des vases communicants  ; plus précisément à l’occasion de l’échange de 2013, qui m’a conduit à héberger François Bon et à déposer mes bagages chez lui : on y évoquait chacun de notre côté les morts, il y a bien fallu les arroser.

Capture d’écran 2016-04-23 à 15.50.15

J’ai arpenté le canton de Vaud, ses cimetières, plus tard les jardins ouvriers qui leur ressemblent et qui accueillent, comme eux, le petit peuple des chantepleures. J’en ai ramené des photographies. Quelques-unes se retrouvent aujourd’hui dans un ouvrage que signe Dominique de Rivaz, qui m’a invité, il y a quelques mois, à en rédiger la postface. C’est fait, le livre est terminé. On a fêté l’événement ce matin, avec Anne-Hélène et Stéphane, c’est un beau livre d’images.
Mon plaisir a redoublé lorsque j’ai appris que Vincent von Wroblewsky s’est chargé, pour la version allemande, de la traduction des textes. Savoir que cet éminent philosophe, docteur, ancien collaborateur de l’Académie des sciences de la RDA, traducteur et commentateur de l’oeuvre de Jean-Paul Sartre, s’est penché le plus sérieusement du monde sur ces objets et les songeries qu’ils ont déclenchées, me réconcilie avec un philosophe que j’aurai, tout au long de ma formation, gardé à distance, pour des raisons bien légères, celles que nous nous inventons pour ne pas nous rendre captifs, une nouvelle fois, des réflexions brillantes de ceux qui voudraient nous aider à recouvrer la liberté.
C’est donc par la bande que je retrouve Jean-Paul Sartre, par la grâce de cet art majeur qu’est la traduction et la générosité de ceux qui se sont exilés de leur langue maternelle pour mieux la saisir.

Jean Prod’hom

9782882503909-c1bb2

Le petit peuple des chantepleures
Dominique de Rivaz
Les éditions NOIR sur BLANC
Coédition Till Schaap
2016