Les deux amis se retrouvent chaque dimanche matin

Capture d’écran 2016-06-26 à 10.49.33

Les deux amis se retrouvent chaque dimanche matin, s’en réjouissent, marchent, ne se parlent guère ; d’être ensemble là, au bord du lac, suffit. Ils vont et viennent sur les grèves orphelines, l’un fait goutter deux mots de temps en temps, l’autre sourit, en ajoute une paire  ; on les voit lever la tête, ils se regardent, rient comme des bossus avant de retourner dans un silence qui les porte plus loin  ; un silence qui les accompagne avec le jour, le ciel et le lac qu’ils longent.
Les habitués racontent qu’ils détiennent un secret. C’est en réalité l’inverse, ils en sont délivrés et se maintiennent là où les autres vont. Il y a des mots qui mûrissent et tombent comme les pommes dans le verger, qui font vivre comme le vent la mer.

DSC02701

Jean Prod’hom