On ne cherche pas plus l’absolu que le paradis

On ne cherche pas plus l’absolu que le paradis ; mais on en a un échantillon dans le coeur, déposé il y a longtemps déjà.
Ce printemps, un merle qui a chanté tous les matins dans le jardin comme si sa vie et la mienne en dépendaient l’a réveillé, m’obligeant à imaginer, dans ses parages, un chemin de ronde.

tonneaux_corcelles_charpentier