Tu voudrais gravir l’escalier du ciel

Tu voudrais gravir l’escalier du ciel, te changer en une clarté d’un or pâle et faire pleuvoir tes rêves sur la nuit, sur les eaux ténébreuses, sur le long sommeil agité des hommes, sur les forêts incendiées.

Asli Erdogan, Le Bâtiment de pierre

maison_de_l_ecriture

On aperçoit la Maison de l’Écriture de Montricher sitôt passé le Signal ; elle disparaît lorsqu’on entre dans le bois de Pélapy, prend des allures de ruine lorsqu’on remonte de l’autre côté du Veyron. En quittant l’Auberge du Chêne de Pampigny, deux petites heures suffisent pour se retrouver au pied de l’un ou l’autre des nonante-six piliers de la lourde canopée.
Cet après-midi les cabanes d’écrivain étaient encore inhabitées, l’accès à l’auditorium barré, la bibliothèque déserte, les livres neufs et fermés. On s’est demandé, Frédéric et moi, si la petite maison adossée au Devens, de l’autre côté de la route qui grimpe jusqu’au Grand Chardève, n’aurait pas fait l’affaire.