Les « inventeurs » de la grotte Chauvet

Les « inventeurs » de la grotte Chauvet, c’est-à-dire la triplette qui a découvert dans la commune de Vallon Pont d’Arc les inestimables peintures et gravures pariétales datant de plus de 30 000 ans, fait à nouveau parler d’elle dans le Provençal du jour.

flamant_saintes_maries

Si j’ai bien suivi l’affaire, Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hillaire rêvent depuis plusieurs années déjà que les droits d’auteur sur ces œuvres qu’ils ont découvertes en 1994 leur soient octroyés, arguant qu’il s’agit d’oeuvres posthumes inédites, c’est-à-dire d’oeuvres non publiées avant eux. Ils exigent qu’on leur accorde le droit d’exploitation de ce trésor pendant vingt-cinq ans, par le fait même qu’ils en ont été les premiers publicateurs.
Les juges ont estimé que les traces d’activités humaines retrouvées – mouchages de torches et silex – datant de la période qui sépare l’exécution des oeuvres il y a 30 000 ans et l’obstruction de la grotte il y a un peu plus de 21 000 ans, sont la preuve que les réalisations de ces artistes aurignaciens – félins mammouths, rhinocéros, chevaux, bisons, bouquetins, ours, rennes, aurochs –  ont été vues, avant 1994, par un public nombreux déjà. Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hillaire ne sont donc que des tard venus.