Riau Graubon (Célestin Freinet V)

Riau Graubon / 11 heures

Le contact d’ailleurs avec les rares personnes susceptibles d’apprécier, ou du moins de comprendre ses préoccupations, a toujours pour lui quelque chose de décevant. Elles viennent, les unes et les autres, avec leur mémoire de perroquet, répétant des raisons superficielles et tortueuses puisées dans le dernier numéro de journal ou dans les livres en vogue. Ou bien elles vous parlent un jargon d’autant plus hermétique qu’il est plus savant. Et en avant le progrès, la civilisation, les découvertes, les sciences ! Le moment est vraiment bien choisi pour les glorifier ! C’est comme une inondation qui aurait recouvert de limon les champs plantureux de la vallée, arraché, couché et enterré les bordure d’aulnes et d’osiers. […]
L’inondation passe sur le monde et son cours désordonné continue à déferler. A tel point que les générations abusées finiront bien par croire que le monde n’a jamais eu d’autre figure et qu’il suffit de s’y adapter pour y vivre.

Célestin Freinet, Oeuvres pédagogiques I, La permanence humaine

Leave a Comment