Moille-aux-Blanc (Célestin Freinet XXV)

Riau Graubon / 16 heures

Non, les actes des hommes ne se réalisent jamais par le seul effort de volonté, mais parce qu’ils sont la conséquence, la résultante, de tout un comportement. Si le torrent qui descend furieux de la montage arrache les pierres et les arbres sur sa rive, ce n’est point qu’il porte en lui, comme un génie du mal, la volonté et la puissance de frapper le obstacles. Cette force de destruction qu’il est impossible d’isoler, si ce n’est arbitrairement, n’est qu’une composante dans laquelle interviennent le débit, la pente, la chute, les conditions atmosphériques et même l’accident qui a chargé le flot de quelque roc ou d’un cep noueux qui agissent ici comme d’invincibles boutoirs. […]
Un bon conseil : ne parlez pas trop de volonté à l’école, pas plus que dans la vie d’ailleurs. C’est un mot qui s’est définitivement usé parce qu’il a trahi les espoirs qu’on avait mis en ses vertus. […]

Célestin Freinet, Oeuvres pédagogiques I,
L’Education du travail, 1949
L’effort, le plaisir et les jeux

Leave a Comment