Entrepra

Grancy / 16 heures

L’Office d’impôt du district m’a envoyé un courrier il y a quelques jours, exigeant dans le cadre de la procédure de taxation en cours un certain nombre de documents : trois attestations justifiant mes cotisations, deux certificats indiquant la situation de mon compte de prévoyance – le premier avant l’opération de rachat, le second après. Jusque là tout va bien. Reste l’annexe 06, constituée d’un premier document que je suis à même de compléter sans l’aide de personne, mais également d’un second que je dois envoyer à ma caisse de pensions, qui ira rejoindre le premier, lorsque le fonctionnaire me l’aura réexpédié daté et signé, dans une enveloppe que j’adresserai alors à l’Office d’impôt du district. Si tout va bien je serai dans les délais. Il est 10 heures, le plus dur est passé, je vais boire une tisane avec Arthur qui a congé.

Je fais un saut à Grancy, y traîne une heure avant de filer à Ferreyres, puis au Creux de terre. Je constate que plusieurs photographies que j’ai faites des chardonnerets, de la Carrière jaune et du Gîte du passant à Yverdon ont disparu lors de leur transfert sur mon ordinateur. Bois un chocolat chaud au Tempo avant de récupérer Louise à Valleyres. Il fait nuit.

Il est temps que je cesse de labourer de nouveaux territoires, que je me satisfasse des objets que j’ai rassemblés jusque-là, les répartisse en neuf ou dix groupes et hiérarchise formellement, c’est-à-dire syntaxiquement, les liens qui articulent les trois ou quatre éléments qui composent chacun d’eux, en déterminant simultanément leur mode d’être : souvenir, chose vue, discours rapporté, songerie,… Et ouvrir l’eau.

Leave a Comment