Salle de bains

Riau Graubon / 17 heures

A peine levé, je reprends la traversée de la première des dix étapes de mon voyage. Sandra et les enfants descendent à la mine. Je décide de rester sur cette traversée jusqu’à la fin de la semaine – et plus s’il le faut –, pour en éprouver la longueur et la consistance, la teneur, le feuilleté, la cadence. Reviendrai ensuite au double prologue. 

Je lance un coup de fil à Jean-Daniel à propos de la jachère de Grancy. Qui me conseille de prendre contact avec le responsable agricole de Grancy, qui me donne le nom du propriétaire de la parcelle, qui me donne le nom de son locataire à Cuarnens. Bonne nouvelle ! celui-ci est d’accord de me rencontrer demain chez lui, avec son père qui l’a semée il y a douze ans. Mauvaise nouvelle, elle disparaîtra en février.

Raymond Depardon, Délits flagrants, 1994

Leave a Comment