Chemin des Censières

Montpreveyres / 14 heures

Réveils tardifs, cadeaux, derniers macarons, pain, miel et confiture, jeux : Noël sous le ciel bleu.

Aux Censières avec Oscar par la Moille-aux-Frênes et la Borne des trois Jorats, retour par la Moille Baudin. Surveille simultanément mon chantier, vais et viens, déplace, ouvre et ferme des portes, partitionne, regroupe, insère, saute, reviens, teste, sautille, chantonne, on appelle ça écrire, je ne suis décidément pas sorti de l’auberge. Quant à Oscar il prend trop souvent la poudre d’escampette, je lui passe la laisse autour du cou.

Adalbert Stifter, Le Sceau des Anciens (1843) in Le Sentier forestier, traduction Nicolas Moutin avec la collaboration de Fabienne Jourdan, Paris, Les Belles Lettres, 2014

Seules les montagnes demeurent dans leur ancienne beauté et magnificence. Leurs sommets brilleront même quand notre génération et d’autres auront disparu, comme ils brûlaient au temps où les Romains passèrent dans leurs vallées, puis les Germains, les Huns et beaucoup d’autres encore. Elles verseront de la joie et une douce tristesse dans le coeur de bien d’autres quand ils les contempleront, jusqu’à ce qu’ils aient disparu eux aussi, ainsi que, peut-être, cette belle et bienveillante terre qui nous semble aujourd’hui pourtant avoir des fondements si solides et être bâtie pour des éternités.

Leave a Comment