Juillet 2022

Merci à Florence Grivel de s’être penchée un instant encore sur quelques-uns des restes de la vaisselle du monde.


Retour là où ça a commencé : août 1988, Kerity, Finistère.
Nouvelle pêche ce soir, mais aussi, certainement, dernière pêche. Plus personne n’a confiance en l’océan ; on ne le nourrit plus. On lui préfère les déchèteries. Et c’est effroyablement triste.


Audierne


Si familière et si incertaine, l’île de Sein.
Sur laquelle je termine La Déménagerie (Jean-Loup Trassard), celle de la tribu des Fourboué de la Mayenne à la Sarthe, terres toutes proches et pourtant, elles aussi, si lointaines.
Avec l’impression très nette que certaines îles et les mondes paysans emmènent notre avenir, intact. Rien ne serait donc perdu ?


Ombre à Porz Even


La Loire en amont de Nevers. Près de Decize. Encore inconnue.


Une merveille !
« C’est point qu’il était savant, le grand père Alexandre, il n’avait sûrement pas le certificat, je ne lui ai pas demandé, je ne sais même pas s’il en était question dans ce temps-là, mais il savait faire attention.
Oui, observateur, on peut dire comme ça. Alors je croirais bien qu’il voyait des choses que les autres, même mon père qui était son gars, ne voyaient pas, ils ne s’intéressaient pas. Il me disait : « Regarde ! » La différence entre des feuilles de bourrier qui se ressemblent et pourtant ne sont pas la même plante, la couleur des œufs dans les nids, un poil de lièvre accroché à une ronce, ou que j’seu t’i.
Il m’a appris à regarder. Après, bien sûr, avec le travail qui presse, on n’a pas toujours le temps, mais maintenant je reviens à faire attention, j’ai le temps. Oui, enfin… faut que je me dépêche quand même ! Mais, c’est vrai, maintenant que je suis arrivé dans ses âges je pense à mon grand-père, plus qu’avant. »


Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.