Mai 2022

JEAN-LOUP TRASSARD sur l’herbe, au bord de mer ou dans les combles.
Deux petites poches à ma culotte courte. De l’une je sortais pour le regarder l’objet parfait et énigmatique. J’étais sur l’herbe de notre pré, celui qui touche le jardin, où sont quatre poiriers à cidre, et j’avais ce souvenir du lointain. Absolument mystérieux. Bleu assez pâle, ou surtout terni par l’usure. Un coté bombé, l’autre moins, c’était presque rond. Rencontré entre vagues et plage… je me souviens que je ne savais plus… pas une pierre ou alors très riche, pas un coquillage malgré formes, couleurs, nacres versés sur le sable par le bord agité de la mer où je n’entrais pas. Dans ma paume cette presque boule usée, c’était parcelle de l’inconnu sans contours que je tenais. (Tardifs instantanés)


La ferme, le balai, quelques jours dans l’Aubrac, le traquet, le joug, le travail des bœufs, le fumier, les chemins. Avant qu’on n’y comprenne plus rien.

Grignan -Sauzet : 2 – 1


Valréas


TRUINAS | sacristie : … ce que le soleil m’a laissé, la nuit


Au Riau / Grande Chélidoine


Pourquoi les traits d’un paysage finissent-ils par tant s’accorder ?


Au Riau / Sceaux de Salomon


Mélique / Avenue de l’Ancyse / Bagnols-sur-Cèze


Grillon


Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.