La honte

Une honte ? Vraiment ?
Mais à quel titre, bon dieu, les journalistes se permettent-ils de disqualifier ceux qui se sont livrés corps et âme à leur passion et à celle de leur public ? Qui sont-ils ? Qui sommes-nous ? Des héros ?
De leur côté, à deux pas, les uns jubilent. Les vois-tu ? Ils sont dans le miroir et ils te disent avec la naïveté de ceux qui aiment :
– On s’est livré corps et âme ! On aurait pu perdre, on a gagné !
Doivent-ils le regretter ? Ils ne t’entendent pas, les gagnants font la fête. Applaudissons ! Et allons à l’essentiel… là où tout le monde gagne.
Je suis un maître d’école, je fais au mieux, ce n’est pas simple, tu es un élève, tu fais au mieux, c’est difficile. Mais n’est-on pas sous le même toit ?
Tu perds la partie, ne sois pas aigre ! je perds ipso facto la mienne. As-tu compris ?
Tu comprends et tu avances, tu creuses, tu découvres, je te suis, j’ai fait mon travail, tu as fait le tien, personne n’a perdu, on a gagné. Inouï !
Inouï, il existe des jeux où tout le monde gagne et nous le savons désormais.

Jean Prod’hom