Scène de lynchage

Il est 10 heures et c’est mercredi, jour de surveillance. Les élèves semblent paisibles, ils couvent et nourrissent ici et là ces écheveaux d’histoires qui n’ont pas quitté les préaux depuis des décennies, et dansent malgré quelques mouvements hasardeux un ballet statistiquement prévisible. Je demeure immobile au centre de la cour et, orienté sud-ouest / nord-est, je profite des rayons vifs du soleil chauffé à blanc en leur interdisant de se mêler à l’air froid qui vient du golfe de Gascogne. Romain me rejoint et on échange quelques mots.
Lorsque j’aperçois à ma gauche un groupe d’une quinzaine d’élèves qui se précipitent en un point et entourent sourire aux lèvres un objet que je ne distingue pas ; je laisse filer l’affaire et, sans essayer de décrypter les règles de l’étrange jeu auquel se livrent les adolescents, je songe un instant à la course au Caucus qu’organise le Dodo dans Alice au pays des merveilles. On poursuit avec Romain l’échange commencé.
A nouveau attiré sur ma gauche par d’étranges bruits, je me retourne et vise les mêmes adolescents que tout à l’heure qui projettent vigoureusement du pied une bouteille de plastique qui virevolte. L’innocent désordre se brouille tout à coup, on n’entend plus la bouteille de plastique raboter le sol et un silence abyssal creuse l’instant comme avant le tonnerre. Tous les adolescents se jettent alors avec précipitation en un point, rient et crient aux éclats, entourent un objet qu’ils battent et frappent sans retenue.
Je prends conscience alors que cet objet n’est pas objet, mais l’un des leurs désigné comme l’anthropologie nous l’a appris par le hasard. C’est l’un des leurs qu’ils tentent de réduire à un objet, qu’ils font disparaître sous leurs cris et leurs coups. Il ne s’agit pas d’une innocente course au Caucus, mais d’un lynchage collectif.
Je l’entends déjà m’expliquer qu’il n’est pas le seul à participer à ce jeu, que ce sont les autres ; je les vois trop bien, le sourire aux lèvres arguant avec conviction qu’il ne s’agit que d’un jeu, qu’ils sont tous tour à tour des victimes consentantes. J’aurai beau leur dire que l’anthropologie a déjà la vérité sur tout cela, j’aurai beau citer mille sources, les renvoyer à l’histoire qui racontent ces scènes et les fous rires sinistres qu’elles ont engendrés ; rien n’y fera car ils sont devenus fous l’espace d’un instant, possédés par la meute qui dicte parfois sa sotte loi.
Je ne leur dis donc rien mais hurle comme une bête, les anges disparaissent alors en un vol organisé, comme les étourneaux à la fin de l’automne lorsqu’ils ont pillé les labours.
Dispersés ils tournent dans la cour bras ballants, un étrange sourire pend à leurs lèvres qui pincent et retiennent ensemble la culpabililité et l’innocence.
J’ai été à nouveau inquiet ce matin à 10 heures 30.

Jean Prod’hom