M2

Des sources du Talent, de celles la Corcelette et de la Bressonne, le M2 nous dépose – à peine le temps de s’assoupir – station Délices sur le Chemin de la Ficelle, coulée verte bordée de magnolias en fleurs. A peine un instant et nous voici dans un autre monde, sur la Riviera. Il n’y a désormais plus qu’un pas des moilles et des bioles de Mauvernay, des foyards et des sapins du bois Vuacoz aux ginkgos et aux forsythias du Léman.

Quitter le Haut-Jorat, monter dans le M2 aux Croisettes et rejoindre par beau temps les rives lumineuses du Léman constitue littéralement un ravissement : on quitte le pays des loups et des brigands pour se retrouver l’instant suivant au coeur de celui des chihuahuas et des commerçants.
Le M2 juxtapose miraculeusement deux mondes, deux époques, deux essences de l’homme, le bûcheron et la marchande de glaces, la paysanne et le vendeur de cigarettes, les souliers militaires et les talons hauts, les geais et les canaris. Le métro est un accélérateur, il vous fait glisser d’un coup et sans peine sur la pente qui tenait autrefois le pays des sources secrètes éloigné de celui des rives tapageuses, il met à portée de main de chacun l’imaginaire de l’autre. Ravis !
Du primaire au tertiaire ou du tertiaire au primaire dans la nuit, sans intermédiaire, de l’économie rurale à l’ère postmoderne d’un coup, sans passer par l’ère industrielle, le M2 franchit plusieurs siècles en tous sens, sans orientation – le M2 est un véhicule sans pilote. D’autres ont fait cette expérience avant nous, Londres ou Paris. Mais de l’avoir fait si tard dans une ville de province n’est pas sans leçon : où qu’on soit, c’en est fini de l’anisotropie du temps, du progrès, des promesses des Lumières.

Demeurent toutefois dans le Haut-Jorat, épargnés par les travaux d’Hercule de notre époque, quelques reliquats des siècles passés, des chemins tendus – vy tendant – qui rapprochent et séparent de proche en proche des singularités géographiques interchangeables dans un monde homogène, villages embourbés à la verticale du clocher de leur église, centripètes et centrifuges.
Sur ces chemins bordés de haies s’avancent aujourd’hui encore les pèlerins d’une seule foi, d’Hermenches à Villars-Mendraz, de Corcelles-le-Jorat à Ropraz, de Peney à Villars-Tiercelin : femmes, bûcherons et paysans qui songent chemin faisant au temps qu’il fera demain.

Jean Prod’hom