Terres d'écritures

Pasted Graphic

Déposer un peu de pigment noir sur le blanc mat et âpre de la porcelaine nue si mal armée, mettre du noir sur du blanc, c’est déjà écrire, n’est-ce pas  ? Mais quoi  ? Des lettres ou l’alphabet primitif qui les constituent, un mot ou une phrase, quelques-un des noms des anges que mentionne Umberto Eco dans son Vertige de la liste, initiale rouge coquelicot, ou ceux des démons, ceux des étoiles les plus brillantes, une poignée de titres organisant les chapitres des Notes de chevet de Sei Shonagon, ou les bienheureux qui échappent à l’appétit de l’Eisthenes du Quart livre  ?

terresdecritures1blancintersticeterresdecritures2

terresdecritures3blancinterstice-2terresdecritures4

C’est selon, peu importe, car la calligraphie met à l’épreuve la relation première du tracé avec son support, de la lézarde avec le blanc cassant de la page blanche  : enfance de l’écriture dans son indécise éclosion d’avant la lettre. Car la vérité est en amont, lorsque l’écriture, avant de faire système, n’était que fêlure, à la fois ruine et anticipation de la ruine, condamnée à briser la belle unité du monde pour la recomposer ensuite. La rencontre de la calligraphie et de la terre cuite était inéluctable.
Ils campent bien avant la lettre, tout prêts de l’origine mais un peu après le bing bang. Le réel et l’écriture sont contemporains et nos constructions tremblent. Pas l’ombre d’un décor, mais la vérité d’un séisme qu’un vase ou une coupe au bord ourlé et âpre contient un instant avant de se briser.

terresdecritures5 terresdecritures6 terresdecritures7
terresdecritures8

terresdecritures9
Graphic porcelaine et céramique contemporaine
Du 7 juillet au 28 août 2011
Grignan

Christine Macé
et les calligraphes
•Christine Dabadie-Fabreguettes
•Denise Lach
•Anne Gros-Balthazard
•Kitty Sabatier

Jean Prod’hom