Moins de 15 degrés sous zéro

Moins de 15 degrés sous zéro avant le lever du jour, mais la bise ne siffle plus, les tuiles ont cessé de trembler, la charpente se repose désormais. Je fais du feu dans le poêle en écoutant les nouvelles, ici les politiques ne lâcheront plus la langue de bois jusqu’à mars. Il fait encore nuit lorsque je pars au Mont, dans le ciel la lune décroît, elle regarde ailleurs, se détourne de nos affaires – son autre vie – s’impose à d’autres, comme le soleil d’été à l’aurore, lorsque la montagne ne parvient pas à le contenir derrière l’horizon.
Les préparatifs pour Berne vont bon train et quelques élèves de la classe 11 font voir un enthousiasme solide, ils ont compris, ceux-là, que ce qui donne de l’assise à ce qu’ils disent, c’est aussi ce qui les élève. Ainsi H. qui disait sa crainte abyssale de parler en public ne lâche plus désormais la parole lorsqu’on la lui donne, s’en saisit même, convaincue que son propos fera avancer les choses. Et les choses avancent. Pour le reste, bien des aspects de cette semaine que nous allons passer à Berne m’inquiètent un peu. Seront-ils à la hauteur  ? Et moi assez détaché pour ne pas les encombrer de ma présence  ?
De la classe 9 on n’aperçoit qu’à peine les crêtes du Jura dont d’épaisses poussières ont fait disparaître les contreforts. Le gris du ciel s’est glissé derrière, un timide pinceau d’aquarelle a passé un peu de bleu pour indiquer l’horizon, trait timide mais large qui ondule, plein d’eau et de rondeurs. Rien ne bouge. Certains élèves attendent, ils font ce qui leur est demandé puisqu’il le faut bien, à moins qu’ils parviennent à l’éviter, ils ne se risquent pas à sortir la tête loin de leurs épaules, ils veillent, intègres.
Lance les élèves de la 6 sur l’écriture en creux de cinq événements, – correspondant chacun à l’un des jours qu’ils ont passés à Crans-Montana –, qu’ils auront à taire, ou à représenter comme une empreinte fait voir ce qui n’est plus. Ils disposeront à cet effet d’une subordonnée, d’un groupe prépositionnel et d’un groupe nominal. Pas plus pas moins étant admis qu’ils pourront désobéir.
Le soleil est entré dans la Yaris lorsque je quitte le collège et je le remonte jusqu’au Riau. Ça fait une éternité qu’on ne l’avait pas vu. Les enfant ont le sourire, Arthur part avec Sandra sur Moudon pour s’informer de la voie qu’il pourrait emprunter dès la fin de l’été prochain. Il me semble que les choses sont déjà bien avancées et qu’il se dirige dans la direction qui fut celle de sa mère. Je n’en suis pas mécontent.
Lili me confie, tandis que je l’accompagne à Mézières pour sa leçon de flûte, qu’elle se réjouit de jeudi, à cause de la poterie et de M. qu’elle se réjouit de revoir  ; de mercredi et des poneys aussi quand bien même elle n’est pas sûre que le sol du manège soit assez tendre. Pour le reste elle dessine des coeurs, épelle les noms de ses prétendants, demain c’est la Saint-Valentin. Je trouve un peu de temps pour lire quelques pages de ton Carnet, au Central devant un thé. La demi-heure passe sans que je puisse la ralentir.
On se rend à Oron récupérer Louise. On passe d’abord à la boulangerie et on grignote deux pièces sèches percées d’un coeur sur les escaliers du bâtiment dans lequel Louise prend ses cours de guitare et de solfège, on y croise G. et sa fille qui attendent comme nous, Louise sort enfin, enchantée. Elle croque sa pièce sèche. Sitôt rentrée elle joue en boucle une valse de Daniel Fortea qu’elle travaille depuis la semaine passée. Je passe la soirée à la bibliothèque, me couche à plus de minuit. Je crois bien que toutes nos vies se ressemblent, qu’on ne le sait pas toujours, ou seulement tard dans la nuit.

Jean