Dernière journée à Berne

Dernière journée à Berne. Les élèves sont aux mains de la liberté, ils la méritent. Je leur ai fait les recommandations d’usage et vais me promener dans la direction opposée. Prends le bus 12 à la Zytglogge jusqu’au terminus, mais le Centre Paul Klee n’ouvre ses portes qu’à 10 heures. Je me promène autour des collines d’acier et de verre, avec le soleil, puis traverse le cimetière. Il règne un sain désordre dans le quartier des enfants, plastiques tapageurs, peluches et babioles, pierres et bouts de bois. Immobiles, vieillis. On devine les plaintes des parents qui en appellent au bon sens, mettez un peu d’ordre dans vos affaires  ! ils finissent par élever la voix, les enfants ne les entendent pas, bien loin déjà, dehors avec ceux qui ne sont plus là.
Traverse le parc de sculptures, fers et bronzes raides dans la verdure, elles sont presque de trop entre la saignée de l’autoroute et la barrière des Alpes qui ferment l’accès au sud.
Je bâille à trois reprises, de plaisir d’abord, sur un banc au centre de la salle Müller, avec des images devant, la tête dans les mains. M’endors. Quelques minutes peut-être. Vais faire un tour, passe à la boutique où je fais l’acquisition du Journal de Paul Klee que Klossowski a traduit. En lis quelques pages sur le banc abandonné il y a un instant, un peu de déception, liée peut-être à la fatigue qui m’oblige à fermer les yeux pour la seconde fois, avec des peintures tout autour que je devine et visite comme si elles n’étaient pas là. Je rêve ou me souviens de ce qui s’est peut-être passé avant qu’il y ait quelque chose, et la décision de le montrer, de le faire advenir pour s’assurer qu’il ne pouvait en aller autrement.
M’arrête au retour à la Bärenplatz. Berne, c’est Fribourg en un peu plus grand, l’Aar et la Sarine se copient. J’hésite puis renonce à descendre prospecter sur la grève intérieure de la courbe du bout de la ville, un endroit propice à la récolte des restes de la vaisselle du monde.
Le carnaval se prépare, les hommes sont parés, fardés, déguisés. Mais quelque chose cloche. Je m’en rends compte plus haut dans la ville  : les gens ne sont pas ivres.
Dans la cathédrale on entre désormais par la boutique obligeant le visiteur à capitaliser les souvenirs des mystères avant de s’en approcher. Demain, il nous faudra payer pour prier.
Près du choeur, les départs des voûtes d’arête sont appuyés sur des culots ornés de sculptures colorées, où je retrouve les Bernois de carnaval, mais grimaçants, souriants, ivres. Une Déposition dans le bas-côté gauche de 1870, oeuvre d’un admirateur du Bernin, fait voir sur ses flancs la double blessure  : celle du corps, celle du marbre.
On se retrouve devant l’Arena mais les modifications du réseau des transports publics imposées par le carnaval du week-end ne nous facilitent pas la tâche. On manque de rater le train, la chance en a voulu autrement, tant mieux. Les visages sont fatigués, je somnole entre Fribourg et Chexbres, m’étonne comme toujours lorsque la vue embrasse le lac. On se sépare dans le grand-hall. Je récupère la voiture de Sandra derrière le cimetière qu’a ramenée Michel, hier ou avant-hier, après les réparations.

Jean