Les enfants sont sortis de la tente

Image 2

Les enfants sont sortis de la tente, ils rient et crient, fiers certainement, Oscar participe à la fête. Je les retrouve dans la maison lorsque je descends  : Louise joue de la guitare, Lili met de l’ordre dans sa collection de gommes en jetant un coup d’oeil envieux à celle de sa maman constituée autrefois, Arthur joue avec son yoyo.

P1090865

Ce matin, un peu d’ordre dans la bibliothèque, migrations et regroupements familiaux  : Follain va rejoindre Thomas, mais en pile pour gagner de la place, serre entre deux lions de bois les auteurs romands, mets de côté les Chrétien de Troyes et les Poèmes d’amour des XIIème et XIIIème siècles présentés et traduits par Emmanuelle Baumgartner et Françoise Ferrand, fais une seule pile des Cendrars, une autre des Bergounioux, celle des Louis-René des Forêts est discrète, et de ce point de vue aussi il est un modèle à suivre.
Je regroupe les tessons qui traînaient sur mon bureau, dans des boîtes, sur les rayonnages, liquide sans faire de détail un tas de petits billets, papiers divers, notes illisibles – toujours plus illisibles – qui ont passé tout l’été sans que j’y touche. Je glisse dans un sac les CD qui contiennent la sauvegarde numérique des 35 numéros du Journal de l’école dont j’ai été l’animateur pendant une dizaine d’années, la cablerie des appareils de photos et des disques durs hors d’usage, de vieux lecteurs. J’amènerai tout ça à la déchèterie cette après-midi.
Je reçois un mail de Raymonde, une fidèle lectrice des marges.net qui me signale quelques coquilles que je m’empresse de corriger. Me demande bien ce qu’elle trouve dans la lecture de ces billets, mais ça fait du bien de savoir qu’elle s’y arrête, comme Brigitte, Francis, François, Murielle, Justine, Danielle, Estelle et les autres.
Petit tour au jardin, toujours aucune nouvelle des taupes, je commence à penser que j’ai un avenir dans le domaine, il est temps que je relise la Conversation avec un taupier de Jean-Loup Trassard, tombe sur L’ancolie que je place à côté des Poèmes d’amour des XIIème et XIIIème siècles.
Tandis que Sandra se rend à la piscine de Payerne avec les enfants et les Moinat, je visionne le film que Frédéric Rossif a consacré à l’histoire mondiale de 1935 à 1946, une chronique centrée sur la guerre qui commence et se termine à Nuremberg. Impression curieuse une fois encore, grâce au cinéma, que l’histoire n’est qu’un récit organisé après coup, qui donne un sens à des images faites un peu par hasard. Impression que l’histoire n’est qu’une bande-son, un récit qui fournit des légendes à des images qu’on regarde à peine, le fil déroulé dans un labyrinthe d’images stockées pêle-mêle, sans queue ni tête, donnant une orientation à quelque chose qui va dans tous les sens, une mise au pas de la folie des hommes. C’est pour ces raisons que le révisionnisme est un non-sens, parce qu’il s’oppose à ce qui n’est pas, feint de pouvoir y revenir et le modifier, parce qu’il confond le réel et les légendes.
C’est à mon tour de passer à la benne, remettre au papier quelques centaines de bouquins que je n’ai pas rouverts depuis plusieurs années. J’ose à peine le dire, mais Michel Serres, René Girard et Claude Levi-Strauss sont du voyage. Je ne garde, orphelins, que la Pensée sauvage, Petite Poucette – les Hermès ne trouvent pas grâce. Je sauve in extremis Tristes Tropiques.
Lis pendant deux bonnes heures le nouveau Plan d’études romand, qui finira à la benne lui aussi, et plus tôt que prévu. C’est illisible, les rédacteurs donnent l’impression de vivre dans le désert de Gobi. Dire qu’une poignée de main aurait suffi.
On mange pour la seconde fois des lentilles depuis la réconciiiation des filles avec ce cadeau des dieux, mais avec elles cette fois. Ça tient, juste… Mais oui  ! Lili, la prochaine fois il y aura deux fois plus de lardons  !

P1090874P1090876

Voyage autour du jardin avec Louise, à la pétanque  : les pruneaux mûrissent, rien n’est plat, c’est triché, Fleur et Edelweiss sont aux mulots, les nuages font les cabotins, flambent en tous sens. Mais lorsque le soleil aura fait un pas de plus de l’autre côté de l’horizon, ils vont cesser de faire les malins.
Les enfants hésitent à passer une seconde nuit dehors. Palabres, le groupe se disloque, Louise ira dormir dans son lit, Arthur et Lili sous tente.
Les rideaux sont tirés, les nuages gris et penauds. Plus un bruit. Je n’aurais jamais dû mettre à la benne Rome, le livre des fondations. Trop tard  !

Jean Prod’hom

P1090886 P1090884
P1090882 P1090889