Elle était annoncée

Image 4

Elle était annoncée, Arthur et Lil qui ont passé la nuit sous la tente en ont senti les effets, leur matelas est détrempé, ce qui ne les a pas empêchés de dormir jusqu’à tard ce matin. Nous n’avions plus eu de pluie depuis la nuit du 2 au 3 août à la Lécherette. Je conduis Oscar à Bussigny qui va passer 3 nuits au chenil du Lorelei, le ciel traîne derrière lui des lambeaux de brouille. La radio annonce le retour du beau temps dans l’après-midi.

P1090980

Sandra et les enfants ont rendez-vous à Mézières avec les mamans et les enfants que nous rejoindrons demain sous Derborence, au refuge de Lodze.
M’occupe des tessons ramassés hier entre Perroy et Morges avant de lire Petite Poucette, court texte de Michel Serres dans lequel il analyse les difficultés des institutions, notamment l’école, à prendre acte de la mutation et à passer à autre chose en instituant de nouveaux modes de fonctionner.

… voici des jeunes gens auxquels nous prétendons dispenser de l’enseignement, au sein de cadres datant d’un âge qu’ils ne reconnaissent plus  : bâtiments, cours de récréation, salles de classe, amphithéâtres, campus, bibliothèques, laboratoires, savoirs même…, cadres datant, dis-je, d’un âge et adaptés à une ère où les hommes et le monde étaient ce qu’ils ne sont plus.

Ce format-page nous domine tant, et tant à notre insu, que les nouvelles technologies n’en sont pas encore sorties. L’écran de l’ordinateur – qui lui même s’ouvre comme un livre – le mime, et Petite Poucette écrit encore sur lui, de ses dix doigts ou, sur le portable, des deux pouces. Le travail achevé, elle s’empresse d’imprimer. Les innovateurs de toute farine cherchent le nouveau livre électronique, alors que l’électronique ne s’est pas encore délivrée du livre, bien qu’elle implique tout autre chose que le livre, tout autre chose que le format transhistorique de la page. Cette chose reste à découvrir.

Prépare la balade que nous ferons demain avant de rejoindre en fin d’après-midi nos femmes et enfants au refuge de Lodze. Je ne retrouve pas la carte couvrant la région de Saint-Léonard, fais donc des copies-écran des cartes topographiques suisses que l’administration fédérale met à disposition. J’emporterai mon IPad.
Jeremy vient me chercher à 7 heures et on descend manger à Cully. Sur la terrasse du Bistrot. On y rencontre un drôle de bonhomme, une trentaine d’années, il revient d’Ecosse à vélo, il rentre chez lui sans un sou, il aimerait un peu d’argent. Plus de 8000 kilomètres déjà depuis son départ, il lui en reste deux mille. C’était son rêve depuis tout petit, quitter la Roumanie et faire le tour de l’Europe occidentale. Il parle un français impeccable, connaît l’italien, mais c’est en anglais, dit-il, qu’il s’exprime le mieux. Il était hier au Mont-d’Orzeires au-dessus de Vallorbe, il sera demain à Martigny ou Sion, après il ne sait pas, le Simplon peut-être. Il a bien une tente sur la remorque qu’il traîne derrière son vélo, mais plus de sardines, on les lui a volées sur l’une des îles britanniques. Il dormira donc au plus simple, dans un sac de couchage au bord du lac. Je lui aurais volontiers offert une couronne de lauriers si cela avait un sens, alors voilà dix francs.
C’est l’heure de rentrer, Jeremy me laisse au Riau, la maison est vide.

Jean Prod’hom

P1090983 P1090928
P1090987 P1090924
P1090986 P1090926
P1090988_2P1090925