Passion pour le Gulf-Stream

Image 3

Pluie à verse dehors, et nuages en pétard, vent du sud-ouest en rafales. Dedans la radio crache en boucle les résultats des votations cantonales et fédérales du week-end, des occasions données à tous de parler ou de se taire, de gagner ou de perdre, si souvent tempêtes dans des bénitiers. Mais sur le coup, les Neuchâtelois ont perdu une belle occasion de se rabibocher en rapprochant les montagnes du lac.

P1120112

Sur le chantier des Danseuses du Mont, quelques ouvriers s’affairent dans la nuit, se préparent à de gros travaux, ils n’auront cependant pas assez de leur patience et de leurs machines pour venir à bout des palplanches sur lesquelles la terre s’est refermée. A suivre. Termine au cours de la matinée Retour et en extrais ceci.

Or, revenu dans mes frontières, il se passa un événement non racontable et que je raconte quand même. Une virée à bicyclette selon la méthode expliquée plus haut, c’est-à-dire limitée à une dizaine de kilomètres, avec des ralentissements à cinq à l’heure et des arrêts n’importe où. Cette fois-là je fis un arrêt en un lieu le plus dépourvu d’intérêt qui fût jamais, au milieu des cultures plates assez loin du ruisseau et du passage à niveau pour qu’ils n’entrent pas dans le décor.
Alors que ne demeurait guère que l’espace pur et simple, j’eus l’idée soudaine qu’existait dans ces environs indéterminés un poète prodigieux, hors de tout exemple. Pas un amateur d’écriture ou de pensée, pas un artiste ni même un aventurier, mais quelqu’un qui était un événement vivant et impossible  : Arthur Rimbaud dont je ne savais absolument rien, je le répète. Je ne songeais pas tellement à la proximité du hameau de Roche. C’était plutôt comme le passage d’un enfant perdu dans la campagne et dont la présence était aussi évidente qu’irrégulière et insolente.
Quoi comprendre à cette révélation d’une gratuité totale  ? Cela ressemblait à ce désarroi d’un écolier qui en classe de math, aperçoit soudain accrochée au mur une carte de géographie et se prend de passion pour le Gulf-Stream.
Décidément il me fallait lire Rimbaud et savoir quelle était cette histoire originaire du positif terroir ardennais

Je dévie, mais c’est la grande affaire des paroles villageoises. On ne sait où on va. et puis soudain  : « Il y a ceci ». En tout cas j’ai été pris d’une admiration sans fin pour des personnes que l’opinion de hautes sphères littéraires et autres, considèrent comme médiocres, ou humbles ou encore propres à faire l’objet d’une étude de moeurs. Leur patience, leur attention vive, leurs inspirations inattendues, ces destins qui semblent en-deça de la vie et s’accordent secrètement avec un au-delà inimaginable…
André Dhôtel, Retour, 1979

Monte après midi sous la pluie à la Dubarde, avec une quinzaine d’élèves. Raymond les emmène au fond de la Mine par groupes de trois pendant que les autres, d’abri en abri, inventorient les fontaines et les chèvres, du Serjet aux Meules. Raymond m’offre un verre, sa femme des pommes mais il me faut être à l’arrêt de bus de Corcelles à 16 heures 30, Je l’aperçois qui monte à pied, on parvient au Riau avec le soleil dans le dos. Je sors une petite heure avec Oscar, les nuages filent par convois, le ciel se multiplie dans les flaques, ça donne le vertige, des torrents d’or en fusion forcent les lisières et coulent sur la terre noire des bois.
Sandra et les filles sont rentrées d’Oron, Lili aura cette semaine, après les noires, à se familiariser avec les touches blanches du piano, elle s’étonne qu’on lui refile deux clefs, celle de fa et celle de sol. Louise va devoir jongler avec deux guitares, pour la semaine prochaine  : The Eyes of the Tiger et un blues en la majeur. Quant à Arthur, il nous lit son beau rapport de physique qui traite des méthodes de récolter le sel. Il se demande ensuite, après avoir lu les premières pages du Dernier Jour d’un condamné qu’il a choisi de présenter à l’école ce que celui-ci peut bien faire et penser avant son exécution. Avec l’école buissonnière qu’on ne fait qu’imaginer, sauter du coq à l’âne, c’est bien peut-être le meilleur de l’école.

Jean Prod’hom

P1120108 P1120088
P1120085 P1120097
P1120099 P1120118