La chanson des manilles et des mousquetons

Image 12

Une sacrée bagarre s’est engagée au-dessus du Catogne, surpris par l’attaque mais bien décidé à rester à l’écart  ; habituelle pierre d’angle il se fait tout petit, l’affaire le dépasse. Des nuages, on les dirait tout jeunes, blanc d’oeuf et gouache liquide, s’attaquent alors aux Dents du Midi et brassent les dernières coulées d’aurore. La haute pression ne parvient pas à mettre au pas leurs arabesques, ils fanfaronnent un instant jusqu’à l’arrivée côté jardin d’une immense vague grise et molletonnée venue tout droit du golfe de Gascogne, qui déplume ces blancs-becs en les embarquant à sa suite. Ils se fondent alors dans l’édredon épais bourré d’embruns qui recouvre la vallée du Rhône de Genève à Martigny.

P1120483

Sitôt arrivé au Mont, je mets en ligne les informations sur les Inuit. L’année prend forme et les choses peuvent enfin commencer avec les nouveaux élèves de la classe 11, par la projection du film de Robert Flaherti au titre de petit livre pour enfants, Nanouk l’Esquimau – le titre anglais Nanook of the North l’est moins –, carrefour aux innombrables destinations  : le film documentaire d’abord et Jean Malaurie, mais aussi le Passage du Nord-ouest et son histoire, la question climatique, les batailles qui ont fait rage et qui font rage encore dans l’Arctique. La Guerre froide n’est pas terminée.
Opération analogue avec les élèves de la classe 6 autour du film de François Truffaut, L’Enfant sauvage, et le texte du Docteur Jean Marc Gaspard Itard (15 ans en 1789), Mémoire et Rapport sur Victor de l’Aveyron (1801 et 1806), une patte d’oie qui nous permettra d’aborder par la bande le siècle des Lumières, après Jeannot et Colin (1764) de Voltaire, la Déclaration d’Indépendance américaine et la Révolution.
Quant aux élèves de la 9, je reste aux aguets sans quitter une route de moyenne altitude, conventionnelle, de largeur usuelle sans danger apparent. Prendrai pas de risque pour l’instant.
Je reçois dans l’après-midi un mot de quelqu’un que je croise régulièrement depuis une trentaine d’années. Ce serait devenu un ami si nous nous étions vus plus souvent, mais le travail et la famille nous ont tenus à distance. Nous avons marché une ou deux fois ensemble, dans les Alpes je crois, je ne me souviens plus exactement où, il préférait la bicyclette. C’est lui, si je me souviens bien, qui m’a fait découvrir Henri Calet. Nous nous sommes rencontrés à Grignan un jour d’été de l’année passée, – ou la précédente le temps passe si vite –, nous avons été un soir voisins de table sur la terrasse du restaurant du théâtre de Vidy, c’était l’anniversaire de Louise ou d’Arthur, Dimitri le fils avait fait le funambule sous un chapiteau. On se croise quelquefois sur Facebook, il passe parfois sur ce blogue. Et voilà qu’il me propose de travailler avec lui pour un job qui ne manque pas d’intérêt. C’est son ironie, son rire, sa retenue qui me poussent à lui répondre sur le champ. On va donc peut-être se voir plus souvent, je le souhaite, et on ira marcher. Pour la bicyclette c’est moins sûr que je sois partant. A ce propos, tiens  ! voilà un poème d’un petit frère de Calet.
 
Passant dans la rue un dimanche à six heures, soudain,
Au bout d’un corridor fermé de vitres en losange,
On voit un torrent de soleil qui roule entre des branches
Et se pulvérise à travers les feuilles d’un jardin,
Avec des éclats palpitants au milieu du pavage
Et des gouttes d’or – en suspens aux rayons d’un vélo.
C’est un grand vélo noir, de proportions parfaites,
Qui touche à peine au mur. Il a la grâce d’une bête
En éveil dans sa fixité calme : c’est un oiseau.
La rue est vide. Le jardin continue en silence
De déverser à flots ce feu vert et doré qui danse
Pieds nus, à petits pas légers sur le froid du carreau.
Parfois un chien aboie ainsi qu’aux abords d’un village.
On pense à des murs écroulés, à des bois, des étangs.
La bicyclette vibre alors, on dirait qu’elle entend.
Et voudrait-on s’en emparer, puisque rien ne l’entrave,
On devine qu’avant d’avoir effleuré le guidon
Éblouissant, on la verrait s’enlever d’un seul bond
À travers le vitrage à demi noyé qui chancelle,
Et lancer dans le feu du soir les grappes d’étincelles
Qui font à présent de ses roues deux astres en fusion. 

Image 1Jacques Réda, …«La Bicyclette» in Retour au calme, 1989

Lorsque je longe le couloir sud du collège, il me semble entendre le cliquetis des haubans et des étais, le battement des halebas, des écoutes, focs et grandes voiles, la chanson des manilles et des mousquetons, le chariot sur le rail de déplacement, le tiraillement des cordes dans les chaumards et les taquets, le va-et-vient hésitant des manivelles oubliées sur des winchs, ça sent le large et le port. La vue par les grandes baies vitrées des classes porte ouverte ne dément pas cet air du large. On est bien sur le quai, j’aperçois mâts, têtes de mât et girouettes dressés immobiles dans le ciel blanc, avec de l’autre côté du pont une vieille bâtisse. À peine un rêve, pas de vent, ce sont les innombrables tubulures des échafaudages et leur accastillage qui soutiennent mon hallucination acoustique et la dalle du deuxième étage du nouveau bâtiment scolaire, bien loin de l’océan.

Jean Prod’hom

P1120478 P1120480
P1120474 P1120476