Prés-de-Vidy

DSCN1398

D’en haut, disons de 300, 400 ou 500 mètres, nos cimetières se laissent aisément reconnaitre : en périphérie des villes et des villages depuis le début du XIXème siècle si ceux-ci ne les ont pas engloutis, espaces clos, plan orthogonal, partitions multiples, désaffectations partielles, bosquets et chemins, hauts arbres à proximité, avec le ciel à portée de main. De plus près on aperçoit quelques couleurs, buissons ardents, roses artificielles, pensées, arrosoirs, tuyaux d’arrosage, un bassin et dans un coin un compost.
D’en-haut il arrive pourtant que même l’observateur le plus averti se méprenne et confonde les cimetières avec d’autres espaces aménagés par l’homme. Certains d’entre eux tout particulièrement peuvent nous égarer, ce sont les jardins ouvriers installés comme les cimetières en bordure de ville, orthogonalité, labourage, arrosage, compostage. Chacun est chez soi dans ce qui pourtant n’est pas à lui, écrit Jean-Christophe Bailly. Il y a dans l’organisation et la gestion de l’espace des cimetières quelque chose qu’on retrouve dans celles des jardins ouvriers, c’est le tissu de toutes les parcelles qui forment le jardin.
Les jardins familiaux des Prés-de-Vidy et le cimetière du Bois-de-Vaux ont fait bon ménage des années durant dans l’ouest lausannois, séparés par la route cantonale, mais la rupture est consommée. La Ville a décidé en effet en 2006 de déplacer ces jardins sur un terrain voisin pour réaliser l’un des pans de son vaste programme urbanistique intitulé Métamorphose. Les archéologues se sont frotté les mains, les jardins familiaux occupaient en effet un terrain en bordure de la ville gallo-romaine de Lousonna. Si donc la Loi autorise de modifier l’affectation de cet espace, elle doit laisser le temps aux archéologues de fouiller et d’étudier le sous-sol avant que les pelles mécaniques et les caterpillar ne mettent le tout en bouillie.
Les sondages sous les jardins familiaux ont permis de localiser une nécropole de dimension importante, près d’un hectare, entre 5000 et 8000 sépultures. Il faudra donc attendre deux à trois ans avant que les travaux ne démarrent.
En attendant 2015 ou 2016, de hauts grillages ont isolé les Prés-de-Vidy du reste du monde, les jardins sont à l’abandon, herbes hautes du dernier automne, gouilles du printemps, traces de véhicules et quelques roulottes. Sitôt les cabanons transférés en 2010, des gens du voyage ont utilisé ce que leur ont laissé leurs prédécesseurs, ils y ont passé l’hiver, et puis un printemps. Ils sont partis depuis, ne restent qu’une petite dizaine de sans-abri, j’en aperçois un qui pelle au milieu de cette jachère jonchée de déchets, je l’imagine tirer de ce bourbier une poignée de tessons et un buste impérial en or.

Jean Prod’hom

Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09
Aigle, 300 mètres, 2012
Aigle 300m 2012
Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09
Jardins Volpette, Saint-Etienne, 500 mètres, 2012
Jardins Volpette
Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09
Jardins familiaux / Cimetière du Bois-de-Vaux, 1000 mètres, 2009
Jardins Bois-de-Vaux novembre 2009
Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09

2009-2013

Jardins familiaux, Près-de-Vidy, octobre 2009
Jardins Pres-de-vidy octobre 2009
20_JARDIN_FAMILIAUX_477
Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09
Jardins familiaux, Près-de-Vidy, avril 2011
Jardins Pres-de-vidy avril 2011
31_FR_VDJARDINS
Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09
Jardins familiaux, Près-de-Vidy, août 2012
Jardins Pres-de-vidy août 2012
01_Fouilleurs
Capture d’écran 2013-04-02 à 12.14.09

Prés-de-Vidy, dimanche 31 mars 2013
DSCN1422
DSCN1414
DSCN1417
DSCN1426