Affairement général

Affairement général à l’enseigne du progrès, on y promeut ses peines pour gagner du temps. Du temps que chacun réinvestit pour en gagner encore, encore, du temps qu’il faut bien placer quelque part, alors on diffère ; si bien que du temps, personne n’en a vu ni n’en verra la couleur.

entre_thierrens_et-_yverdon

Chacun se console pourtant ; car s’il se retrouve à la fin les mains vides, il aura contribué, par ses forces et ses heures, à la croissance générale. A cet égard, nos sociétés font penser, inversées, à celles qu’ont étudiées Boas dans le Nord-Ouest américain et Malinowski en Nouvelle-Calédonie, qui rivalisaient de générosité pour garder leur rang, chacune se risquant à donner tout jusqu’à son existence.
Notre affaire, à l’image du potlach, pourrait elle aussi mal tourner ; elle se prolongera pourtant aussi longtemps que les croyants et les mécréants la nourriront de leurs sacrifices.
Mais lorsque la machine à progrès sera enrayée et que la messe sera dite, lorsque le temps nous reviendra tout entier, nous serons heureux alors d’écouter à la veillée ceux qui sont restés à l’écart : les désœuvrés et les oubliés, les flâneurs et les dépensiers, tous ceux qui se souviennent que l’homme a vécu, il y a très longtemps, de bouts de bois et de petits fruits.