Botterel

Sugnens / 16 heures

Les seuls vestiges qui demeurent ce sont les dalles d’une cour et un jardin réduit à une longue allée toujours bordée par le même alignement de briques arrondies. J’ai revu ces témoignages matériels après soixante-dix ans, et je les ai reconnus avec exactitude. Très intéressé sans aucun doute, mais pas le moins du monde impressionné. C’était, simplement retrouvée, la même vie (habituelle en quelque sorte), et cela ne faisait événement ni pour le passé ni pour le présent […]
Pas plus que de racines il ne faut me parler de lieux de mémoire. les lieux qui me saisissent n’ont en réalité de rapport avec rien.

André Dhôtel, Retour

Leave a Comment