Ely Tacchella

Persévérance et ténacité sont deux mots durs, majestueux, laids, et pourtant bons, aimables et beaux.

Robert Walser

Il est né en 1936 à Rovio, entre le Monte Generoso et le lac de Lugano ; il est mort hier à Colombier sur la rive droite du lac de Neuchâtel. Ely Tacchella a été l’un des Seigneurs de la nuit qui ont illuminé le Stade Olympique de Lausanne entre 1960 et 1970 et auxquels beaucoup d’enfants de mon âge sont restés fidèles. Ils nous ont enseigné les vertus mieux que tous les discours, pendant deux fois quarante-cinq minutes chaque semaine. Aucun de ces dieux ne nous a fait faux bond ou a manqué à ses engagements. Et si les circonstances ont obligé malgré tout l’un ou l’autre de nos champions à s’absenter, ça aura été pour nous enseigner qu’il existait une vie – qui nous est restée longtemps mystérieuse – à côté du football.
Ely Tacchella aura incarné une vertu qui n’a pas de nom, faites de vertus que se partagent tous les dieux : persévérance et ténacité, vitesse et technique, franchise et invention, générosité, courage, vivacité, modestie. Mais lui il les aura incarnées à petits pas serrés et la tête au-dessus de la mêlée.

Leave a Comment