Cuisine

Riau Graubon / 20 heures

On aperçoit l’aube par la lucarne des combles, pas de lune pourtant, ni de neige, peut-être qu’en nous-mêmes. J’allume un feu dans le poêle et remplis la grande corbeille, Sandra vide la machine à laver la vaisselle et prépare des tartines pour les enfants. Elle travaille ce matin à la maison, d’abord une séance avec Jean-Daniel pour la préparation de la manche de coupe du monde de trial de l’année prochaine, les cours ensuite. Reprends la lecture de Utz et franchis quelques obstacles.

Il fait tiède lorsque je sors avec Oscar, mais le ciel est froid et cassant comme de la porcelaine ; il ne reste que quelques feuilles au hêtre rouge du fond du jardin. Même balade qu’hier au cours de laquelle j’aurais voulu reprendre le chantier qui m’occupe chaque jour depuis trois mois, en plein air et au rythme de la marche, mais c’est en réalité autre chose qui me tourmente, un message lu ce matin sur FB publié par une amie lointaine, deux lignes sans ponctuation au statut et au contenu glaçants :
Je vous aime tous
Je suis en train de mourir
Deux lignes suivies de plusieurs dizaines de messages relevant de tous les genres, des messages de condoléances, d’amitié, de stupeur, d’espoir, de consolation, des encouragements, des plaisanteries, des remerciements, des marques de reconnaissance, des signes de colère, d’injustice… Tout se met à flotter, il s’agit là, peut-être, d’un nouvel ars moriendi. Une demi-heure plus tard, le message disparaît et les centaines de commentaires disparaissent, la mort se cherche.

A ce soir, Laure Duthilleul, 2005

Je suis intervenu tout à l’heure sur le mur d’un de mes amis que, ma foi, je connaissais bien mal ; j’aurais mieux fait de me taire, je me suis excusé. Je ne comprends pas tout, je ne perçois pas toujours les enjeux de ce qui se dit, mais j’ai cru assister à l’un de ces petits lynchages collectifs qui font vivre les groupes, voir au travail la haine et le ressentiment, entendre les cris des corbeaux. Oh ! que j’ai été bavard, j’ai pris du retard, il est temps de préparer une salade et des croûtes au fromage. Je mets en route la radio, on devrait décidément apprendre à mieux écouter, mieux lire, mieux écrire, savoir dire merci et nous excuser.

Leave a Comment