Bois Vuacoz

Corcelles-le-Jorat

Lecture ce matin de la biographie que Georges Andrey a consacré à Grégoire Girard apôtre de l’école pour tous. J’en ai entendu les chapitres 8 et 9 au réfectoire de l’abbaye de Hauterive, lus comme s’il s’agissait de psaumes. Lu également un document datant de 1948 sur l’histoire du pénitencier de Bellechasse, édité à l’occasion du cinquantenaire de l’achat, en 1898, du domaine sur lequel il a été construit.

Promenade avec Sandra et Oscar, jusqu’au chemin des pervenches, retour par le refuge de la Moille-aux-Frênes. Double vitrage, neige, bruits avalés, silence étouffé, oreilles bouchées.

S’il est difficile de savoir ce qu’un homme du paléolithique éprouvait au contact de ce qui l’entourait : le vent, l’averse, le froid, les montagnes, l’autre, il l’est tout autant de le l’imaginer de n’importe qui aujourd’hui, pour autant que celui-ci ne veuille pas s’en affranchir et sorte de chez lui.

Leave a Comment