Voeux des bords du Lez

Colonzelle / 15 heures

Bien dormir, pas trop manger, marcher, aimer, écouter.

Préférer l’asile à la demeure, l’exil à l’assaut, les vagues à l’écume, l’avoine au steak ; offrir une chance au point-virgule et au bégaiement, un avenir aux retardataires et aux cancres ; s’en donner à coeur joie.

Et puis ne se soucier que de l’expression, garder un oeil sur ce qui la déclenche, réduire ses emballements ; faire de la place aux petites perceptions qui la nourrissent, laisser du jeu entre les mots mais tendre la phrase. Renoncer aux raccourcis et aux détours sans pourtant quitter les chemins de traverse.

Leave a Comment