Matinée d’août dans les marais du Vully | 1881

Charles-Edouard Dubois (1847-1885)

Bibliothèque / 20 heures

Depuis longtemps je désirais manifester à notre professeur Agassiz ma reconnaissance pour la bienveillance qu’il me témoignait ; je voyais plusieurs de mes camarades obtenir ses louanges en lui apportant des trouvailles qui me rendaient jaloux. Il avait presque embrassé un étudiant de la Suisse-allemande qui, tirant de son sac un gros os, lui dit : « voici un fossile que j’ai découvert dans un caillou de grès que j’ai cassé sur le Vuilly ; ce doit être d’une grosse bête. »
– Je crois bien, répondit Agassiz, c’est un fragment de tibia de rhinocéros !
Et nous de rester muets d’étonnement, on dirait aujourd’hui « épatés » ! Avait-il eu de la chance ce confédéré, de tomber sur ce fossile ; j’eus longtemps sur le cœur ce morceau de rhinocéros. Enfin, une occasion favorable se présenta de rendre un service à notre cher professeur. Ses recherches sur les mollusques fossiles, dont la plupart ne sont que le moule intérieur de coquilles disparues, l’obligeaient à obtenir le moule intérieur parfait des coquilles vivantes analogues afin de pouvoir établir une exacte comparaison entre elles. Il s’entrouvrit un jour à mon beau-frère H. Ladame, avec qui il était lié d’une étroite amitié. Celui-ci promit son concours immédiat et demanda des coquilles pour commencer ses essais. Je réclamai comme une grâce qu’on voulut bien accepter mes services, les expériences devant se faire au laboratoire de chimie, où j’exerçais souvent les fonctions de préparateur. Nous eûmes bientôt des coquillages en abondance et de la plus grande beauté. Le plâtre employé d’abord ne donnant que des déceptions, H. Ladame eut l’idée de s’adresser au métal fusible de Darcet, alliage d’étain, de plomb, de bismuth, qui fond à une température assez peu élevée, pour ne pas endommager ou faire éclater les coquilles. Après divers essais, nous trouvâmes le moyen de les remplir exactement sans leur causer aucune déformation. Mais ce n’était pas tout de les remplir, il fallait briser la coquille à coups de petit marteau, avec des précautions infinies, et finalement mettre à nu le moule de métal reproduisant l’intérieur de la coquille dans ses détails les plus délicats. Ce travail de patience me fut confié et j’eus le bonheur de réussir.
Tout cela avait été tenu secret ; nous avions opéré comme autrefois les alchimistes ; Agassiz lui-même n’avait pas été introduit dans notre officine, près de nos fourneaux et de nos creusets. Je vois encore la surprise, l’enchantement du grand naturaliste lorsqu’il vit les échantillons brillants étalés devant lui ; il les examinait d’un œil ardent, les palpait, les retournait en poussant des exclamations de joie qui n’appartenaient qu’à lui. « Voilà une découverte qui fera du bruit ! » s’écria-t-il enfin, en prenant dans les siennes les mains de mon beau-frère, « c’est un grand service rendu à la science, recevez mes félicitations et mes remerciements ». J’eus aussi ma part d’éloges, il me sourit comme il ne l’avait pas fait à l’Allemand du rhinocéros, et je me sentis heureux. »

Louis Favre

Louis Favre désargenté doit interrompre ses études. Il s’éloigne de Louis Agassiz auquel il voue une immense admiration. Il rédigera pourtant avec Edouard Desor, l’ancien secrétaire du glaciologue – qui abandonne Neuchâtel pour l’Amérique en 1852 – un ouvrage sur les lacustres : Le bel âge du bronze lacustre en Suisse.

Le Robinson de la Tène date de 1875, Louis Favre y raconte la vie dans le Grand Marais et sur les rives du lac de Neuchâtel avant 1848, les saisons, les brandons, la pêche, la chasse et les travaux agricoles ; on fait connaissance des douanes cantonales sur le canal de la Thièle, il y est question de la route de Soleure, de la construction de Préfargier, de l’après 1848, des inondations, du pensionnat de Montmirail, de la prison de Cerlier, du projet de la correction des eaux du Jura, de l’ancien abbaye de Saint-Jean, de la pêche et du petit commerce sur le site de la Tène ; des fêtes à Portalban et sur l’île Saint-Pierre ; de Keller l’inventeur des lacustres, de la théorie des trois âges, du collectionneur Schwab, de Hans Kopp, des archéologues Desor, Troyon et Morlot.
Epilogue : Henri Beauval le héros, qui ne veut pas assister à l’assèchement du Marais, s’embarque pour l’Amérique avec sa femme, son père et Robert Shaw, un riche Américain :
– J’ai de grandes possessions en Amérique, dans des contrées fertiles, riches en gibier, où vous pourriez vous établir à votre choix ; je vous en fournirais les moyens. Que dites-vous de ce projet… Je ne veux pas vous faire un tableau exagéré de ce que j’ai à vous offrir ; je dirai simplement que si vous aimez à cultiver la terre, vous trouverez un sol excellent, bien arrosé, à proximité d’une voie ferrée ; les forêts, les lacs ne manquent pas non plus aux chasseurs et aux pêcheurs. Vous me rendriez service en acceptant un petit domaine, dont je ne sais que faire, et en me prêtant votre concours pour l’exploitation de mes bois.

– C’est dit, s’écria Beauval ; allons en Amérique, allons prendre des saumons, des esturgeons, fusiller des cerfs, des dindons et des ours. C’est le moment de partir ; aussi bien je n’aurais jamais pu supporter l’« abaissement du niveau des lacs » et le dessèchement des marais. Cela m’aurait tué et je serais mort avec la dernière grenouille.

Sources Nouvelle revue Neuchâteloise 20014
Jean-Daniel Blant Louis Favre 1822-1904 Témoin de son temps 

Leave a Comment