Dimanche 16 novembre 2008



Le ciel est gris au Riau. Sur la crête du Bois Vuacoz de haut sapins dégarnis jusqu’au cou montent la garde; ils tournent le dos au sud et contrôlent l’horizon de l’orient à l’occident. Ils ne voient rien venir et ne s’amusent pas du ruban de fumée blanche qui déroule ses volutes irrégulières en contrebas. C’est la fin des travaux des champs, les tracteurs sont alignés sous les couverts.
Je suis seul à la maison, avec Fleur qui sommeille à mes côtés, et je peine à faire ce que j’ai à faire. Je pense au saint Augustin de Carpaccio, l’oeil fixé depuis quelques siècles sur une réalité que le peintre tente de déchiffrer et à laquelle, plume suspendue, il tente de donner une forme, le saint n’a encore rien écrit. Plus tard peut-être… si le petit chien blanc assis à ses pieds ne le détourne pas de sa tâche et ne l’emmène pas dans les ruelles de Rome ou de Milan.
La fumée blanche a cessé de virevolter, il est grand temps de me mettre au travail. Je prépare le plan de la réunion des parents du premier décembre, transcris le nom des enseignants qui interviennent dans la classe, attribue à chacun un temps de parole, décide de l’ordre de leur intervention. Je diffère encore un instant le coeur de ce que je m’étais proposé de faire… Que vais-je dire aux parents? Qu’attendent-ils? Je sens bien que je me pose les justes questions mais suis incapable de trancher. Je liste donc quelques-uns des points qui animent mon travail et sont susceptibles de les intéresser, les réconforter, les rassurer. J’écris donc sur un bout de papier…

– Agenda, dossier d’évaluation et travaux en cours
– La bonne distance, le nez dans le livre, l’esprit dans les nuages
– Apprendre mine de rien et la loi du moindre effort
– Christophe Colomb, Jules Verne, le manuel d’histoire
– Initiative personnelle et réévaluation
– Extraire, copier, citer, conjuguer les voix, dire, signer, la question de l’identité
– Liberté individuelle et détermination sociale
– Dedans et dehors, ami et collègue, texte et marge

Je m’interromps craignant que la liste ne s’allonge et que je ne sois plus en mesure de décider quoi que ce soit.
Je déciderai demain ou après-demain, c’est à dire au moment voulu. Le ruban de fumée virevolte à nouveau et Fleur frissonne. Il est temps de la faire sortir.

Jean Prod’hom

Scène de lynchage

Il est 10 heures et c’est mercredi, jour de surveillance. Les élèves semblent paisibles, ils couvent et nourrissent ici et là ces écheveaux d’histoires qui n’ont pas quitté les préaux depuis des décennies, et dansent malgré quelques mouvements hasardeux un ballet statistiquement prévisible. Je demeure immobile au centre de la cour et, orienté sud-ouest / nord-est, je profite des rayons vifs du soleil chauffé à blanc en leur interdisant de se mêler à l’air froid qui vient du golfe de Gascogne. Romain me rejoint et on échange quelques mots.
Lorsque j’aperçois à ma gauche un groupe d’une quinzaine d’élèves qui se précipitent en un point et entourent sourire aux lèvres un objet que je ne distingue pas; je laisse filer l’affaire et, sans essayer de décrypter les règles de l’étrange jeu auquel se livrent les adolescents, je songe un instant à la course au Caucus qu’organise le Dodo dans Alice au pays des merveilles. On poursuit avec Romain l’échange commencé.
A nouveau attiré sur ma gauche par d’étranges bruits, je me retourne et vise les mêmes adolescents que tout à l’heure qui projettent vigoureusement du pied une bouteille de plastique qui virevolte. L’innocent désordre se brouille tout à coup, on n’entend plus la bouteille de plastique raboter le sol et un silence abyssal creuse l’instant comme avant le tonnerre. Tous les adolescents se jettent alors avec précipitation en un point, rient et crient aux éclats, entourent un objet qu’ils battent et frappent sans retenue.
Je prends conscience alors que cet objet n’est pas objet, mais l’un des leurs désigné comme l’anthropologie nous l’a appris par le hasard. C’est l’un des leurs qu’ils tentent de réduire à un objet, qu’ils font disparaître sous leurs cris et leurs coups. Il ne s’agit pas d’une innocente course au Caucus, mais d’un lynchage collectif.
Je l’entends déjà m’expliquer qu’il n’est pas le seul à participer à ce jeu, que ce sont les autres; je les vois trop bien, le sourire aux lèvres arguant avec conviction qu’il ne s’agit que d’un jeu, qu’ils sont tous tour à tour des victimes consentantes. J’aurai beau leur dire que l’anthropologie a déjà la vérité sur tout cela, j’aurai beau citer mille sources, les renvoyer à l’histoire qui racontent ces scènes et les fous rires sinistres qu’elles ont engendrés; rien n’y fera car ils sont devenus fous l’espace d’un instant, possédés par la meute qui dicte parfois sa sotte loi.
Je ne leur dis donc rien mais hurle comme une bête, les anges disparaissent alors en un vol organisé, comme les étourneaux à la fin de l’automne lorsqu’ils ont pillé les labours.
Dispersés ils tournent dans la cour bras ballants, un étrange sourire pend à leurs lèvres qui pincent et retiennent ensemble la culpabililité et l’innocence.
J’ai été à nouveau inquiet ce matin à 10 heures 30.

Jean Prod’hom

Comme le Petit Poucet

Notre école n’est pas généreuse en toutes circonstances, ou n’a pas toujours les moyens de sa générosité de principe. Il me semble en effet que le fonctionnement effectif de notre école condamne en quelque sorte l’élève qui n’a pas pris la mesure d’une problématique sérieuse, au moment voulu par l’institution, à y revenir de son propre chef et à l’éclairer de ses lumières intérieures.
Pourquoi? Parce que nous nous méprenons sur la fonction de nos programmes d’enseignement. C’est la confusion en effet entre les prescriptions de ceux-ci et les curricula effectifs de nos élèves, entre ce qu’ils sont supposés savoir et ce qu’ils savent effectivement qui nous conduit à rabattre le temps complexe de chacun d’eux sur le temps idéal qui rythme nos programmes.
C’est l’imparfaite prise en compte par l’institution de la relation de ces deux temps qui amène, me semble-t-il, beaucoup de nos élèves à passer à côté de ce qui est prescrit; c’est ce mécompte qui nous conduit, nous enseignants, à verser avec effet immédiat ceux de nos élèves qui n’ont pas su – au tempo programmé et par la grâce de l’enseignement prodigué – dans le groupe de ceux qui sont supposés savoir. Il n’y a plus qu’un pas pour faire de ceux qui ne savent pas, mais qui sont supposés savoir, des élèves qui savent. Si bien que, trop souvent, tous les élèves, qu’ils sachent ce qu’ils sont supposés savoir ou qu’ils ne le sachent pas, font partie lorsqu’ils accèdent au cycle ou degré suivants au groupe de ceux qui sont supposés savoir. Le pas est franchi, on peut désormais compter les dommages.
Pour illustrer la thèse qui précède, il suffit d’écouter certains de nos commentaires en début d’année.
– C’était au programme et ils ne le savent pas!
Faut-il s’en étonner? Je ne le crois pas, mais il convient de ne pas s’en satisfaire et de construire un dispositif tel que cette distance se réduise au fil des ans et qu’elle tende vers zéro en fin de scolarité. Nous avons en conséquence à cartographier chaque région de la connaissance qui se prête à cette opération et dont nous souhaitons une maîtrise définie – le français notamment. En y plaçant, d’un commun accord et à l’échelle de nos Etablissements, comme les douze stations de nos anciens chemins de croix, les douze carrefours tirés du grand livre de nos programmes.
Rendez-vous obligés, abris lorsqu’on est perdu, toujours là; incontournables haltes pour nos élèves et les chemins divers qu’ils empruntent; haltes maintenues en totale visibilité, de l’élève comme du corps enseignant; lieux à significations denses, racontés, annotés, repris, complétés; lieux toujours déjà visités où celui qui ne savait pas peut à tout moment faire la preuve qu’il sait désormais ce qu’il est supposé savoir, mais lieux d’émancipation aussi d’où l’esprit peut cheminer, dans des régions inconnues de nos programmes et que l’élève devenu adulte aura à cartographier demain.
En continuant à bricoler cet objet qui conjugue les nécessités du programme et les réalités des curricula, j’ai proposé aux élèves ce matin ce que j’essaie de mettre en place depuis quelques années, je veux faire en sorte que chaque élève puisse, comme le petit Poucet, revenir à n’importe quel moment sur ses pas pour faire la preuve qu’il sait désormais ce qu’il était supposé savoir et qu’il ne savait pas au moment voulu par l’institution. Mieux encore, je veux l’encourager à faire la preuve, s’il en marque le désir, qu’il sait des choses bien au-delà de ce que prescrivent les programmes. Ainsi…

Réévaluation
A l’élève qui a laissé apparaître dans les domaines dont je suis responsable qu’il n’a pas atteint, à l’occasion des travaux significatifs, le seuil de satisfaction (4), je fais la proposition suivante:
Tu es autorisé à faire la preuve, tout au long de l’année scolaire mais pas au-delà de la semaine 35, que tu maîtrises désormais ce que tu ne maîtrisais pas lors du travail significatif.
Les réévaluations de la maîtrise de ces objets ont lieu pendant les heures d’appui dans la classe 11.
C’est à toi qu’appartient la tâche de préparer le mode que tu souhaites utiliser pour revenir sur ce que tu ne comprenais pas et me convaincre de tes nouvelles acquisitions.

Initiative
A l’élève qui souhaite, dans les domaines dont je suis responsable, aller au-delà de ce qui lui est demandé, je fais la proposition suivante.
Tu peux, tout au long de l’année scolaire mais pas au-delà de la semaine 35, prendre une initiative et déposer un projet au terme duquel tu veux faire voir ce qui mérite d’être vu mais que l’institution scolaire ne prévoyait pas. Avant de te lancer dans la réalisation de ce projet, il te faudra en négocier les modalités et les conditions de succès.
La réussite de cette entreprise sera reconnue par l’attribution d’un 6.

Dossier d’évaluation
L’élève placera les traces de ces épreuves dans le Dossier d’évaluation.

Jean Prod’hom