Dimanche 16 novembre 2008



Le ciel est gris au Riau. Sur la crête du Bois Vuacoz de haut sapins dégarnis jusqu’au cou montent la garde ; ils tournent le dos au sud et contrôlent l’horizon de l’orient à l’occident. Ils ne voient rien venir et ne s’amusent pas du ruban de fumée blanche qui déroule ses volutes irrégulières en contrebas. C’est la fin des travaux des champs, les tracteurs sont alignés sous les couverts.
Je suis seul à la maison, avec Fleur qui sommeille à mes côtés, et je peine à faire ce que j’ai à faire. Je pense au saint Augustin de Carpaccio, l’oeil fixé depuis quelques siècles sur une réalité que le peintre tente de déchiffrer et à laquelle, plume suspendue, il tente de donner une forme, le saint n’a encore rien écrit. Plus tard peut-être… si le petit chien blanc assis à ses pieds ne le détourne pas de sa tâche et ne l’emmène pas dans les ruelles de Rome ou de Milan.
La fumée blanche a cessé de virevolter, il est grand temps de me mettre au travail. Je prépare le plan de la réunion des parents du premier décembre, transcris le nom des enseignants qui interviennent dans la classe, attribue à chacun un temps de parole, décide de l’ordre de leur intervention. Je diffère encore un instant le coeur de ce que je m’étais proposé de faire… Que vais-je dire aux parents ? Qu’attendent-ils ? Je sens bien que je me pose les justes questions mais suis incapable de trancher. Je liste donc quelques-uns des points qui animent mon travail et sont susceptibles de les intéresser, les réconforter, les rassurer. J’écris donc sur un bout de papier…

– Agenda, dossier d’évaluation et travaux en cours
– La bonne distance, le nez dans le livre, l’esprit dans les nuages
– Apprendre mine de rien et la loi du moindre effort
– Christophe Colomb, Jules Verne, le manuel d’histoire
– Initiative personnelle et réévaluation
– Extraire, copier, citer, conjuguer les voix, dire, signer, la question de l’identité
– Liberté individuelle et détermination sociale
– Dedans et dehors, ami et collègue, texte et marge

Je m’interromps craignant que la liste ne s’allonge et que je ne sois plus en mesure de décider quoi que ce soit.
Je déciderai demain ou après-demain, c’est à dire au moment voulu. Le ruban de fumée virevolte à nouveau et Fleur frissonne. Il est temps de la faire sortir.

Jean Prod’hom