Psaume

Ce qui ne meurt pas est redoutable. Tremblez devant lui, vous tous, habitants de la terre ! écrit le psalmiste.

Mais ne te détourne pas de l’éphémère, murmure la vieille sur son banc : la flaque d’eau, Sauveterre, le vent d’ouest qui couche les herbes folles, la crête de la Montagne de Lure, la porte close de la grange, ceux qui fuient, le chemin poussiéreux, les noms qui disparaissent, les malandrins, l’étang de Gruère, les clochers des églises qui piquent le ciel, la grève de Palerme, le courage des malades, le tracteur dans la remise, les repas sans fin, le charme discret de la bourgeoisie, les tessons, la sieste de l’ouvrier agricole, les terres incultes, un livre ouvert dans une salle vide, les méandres du Doubs, la dignité de l’orphelin, Ferpècle, les côtes de la Bretagne, la pie qui s’envole, les jachères.
Sois bienveillant avec l’éphémère, l’éphémère qui revient, avec le retour des saisons, le sac et le ressac des souvenirs, le chant du coq.

Ephémère, éternel et redoutable.

Jean Prod’hom