C'est une cohérence toute neuve | Pierre Ménard

C’est une cohérence toute neuve qui s’offre à nous, les shémas intérieurs se mesurent aux enclos des espaces naturels. C’est une façon de percevoir, j’entends par cela une précision d’horloger. C’est confirmer une sensation de déjà vu. Dernières tentations avec picotement de la pupille. L’enquête s’attache aux moindres intonations. Il suffit d’un shéma simple mais une forme controversée. La forme et le contexte ne s’expliquent pas, la seule concession étant l’origine des secrets. Depuis on peut se dire n’importe quoi dans un bruit assourdissant, cela coule de source, malgré les voix inconcevables d’un travail enfantin. Le bruit dans l’espace clôt une discussion dans un profond sommeil. L’image même de nos intérieurs investit l’espace dans la même dérision. À deux c’est le silence comme de toute constellation assumée, ce qui me laisse le champ libre. Sans doute l’attraction principale est la lumière bleue, la surprise brodée, cette autonomie fixée par nous seuls.

Pierre Ménard



écrit par
Pierre Ménard qui m’accueille chez lui dans le cadre du projet de vases communicants  : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Et d’autres vases communicants ce mois
 Michèle Dujardin et Cécile Portier
 Anthony Poiraudeau et Brigitte Célérier
 François Bon et Marc Pautrel
 Elle c dit et fut il ou versa-t-il
 Christine Jeanney et Juliette Zara
 Zoe Ludicer et Mot(s)aïques
 Dominique Boudou et Anna de Sandre
 Luc Lamy et Frédérique Martin
 Hélène Clemente et Isabelle Rosenbaum
 Arnaud Maïsetti et Daniel Bourrion
 Pierre Chantelois et Hervé Jeanney

Jean Prod’hom