Veillait une tête de chevreuil à l'oeil luisant

P1110384

J’aperçois de loin, près du refuge de Ropraz, un cueilleur de champignons habillé tout de blanc. M’étonne d’un tel accoutrement. Il me lance de loin qu’il a déniché quelques bolets. Je comprends un peu plus loin en lisant les inscriptions sur un petit bus parqué derrière le refuge, l’homme est à la tête d’une petit entreprise de peinture et de papier peint sise près de Bussigny. Je m’assieds contre un foyard, le même que hier, et termine la lecture de L’Ardent Royaume. Impossible de copier dans Adobe Digital Editions, j’use donc de mes deux doigts.

Ils avaient déjeuné à l’Hôtel de la Gare, l’après-midi avait passé très vite et maintenant, sur le chemin du retour, ils s’étaient arrêtés à l’auberge des Champs, à Donneloye, au sommet de la vallée de la Menthue scintillante de neige.
Ils s’étaient assis près de la porte, ils buvaient du vin blanc. ils mangeait du jambon qui craquait sous la dent avec la croûte du gros pain. les lampes n’étaient pas allumées. A la paroi, juste au-dessus d’eux, veillait une tête de chevreuil à l’oeil luisant dans lequel couraient les couleurs orangées du crépuscule. Le mufle noir avait l’air encore humide de salive, la narine frémissait, la mâchoire tremblait, l’animal allait s’arracher du mur où il avait passé la tête un bref instant par curiosité drolatique, voilà, il allait rejoindre la campagne magique sous la neige où criait déjà la chouette, où s’égarait le vent d’hiver dans la dernière lumière du jour.
La tête demeurait immobile, le feu du couchant dans ses yeux de verre. ils étaient seuls. le patron était allé soupé à la cuisine. les rares autos du carrefour ne s’arrêtaient pas. Une lumière de soufre engluait toute chose dans sa phosphorescence. A cette heure tout était possible… des gouttes d’argent liquide brillaient sur les carafes, au comptoir. Les bois du chevreuil dardaient leurs couteaux d’os au plafond.
Ils avaient fini leur jambon dont la graisse luisait au bord de l’assiette fendillée. le vin était frais. Au-dessous des sapins s’allumaient les petites étoiles blanches dans le ciel saumon. Un ahuri à la blouse couverte de neige était entré en traînant les pieds, quand il avait commandé son vin sa grosse lèvre avait claqué sur ses gencives. Un benêt cueilleur de champignons, l’automne, à la pleine lune  ? Un vieux de l’hospice  ? Un Gaspard Hauser archaïque portant dans sa musette les lichens et les limaces de ses philtres  ?

Ils étaient revenus à Donneloye au-dessus de la vallée. le soir faisait flamber les crêtes. des milliers de petites bulles montaient dans leur verre de bière. Comme toujours, les yeux de verre d’un chevreuil à la paroi luisaient entre la fenêtre et la lampe, et le bouquet de fleurs en papier du Nouvel An s’empoussiérait sur l’étagère du comptoir derrière les boîtes de cigares.
Une tranquillité bleue et rousse rafraîchissait les corps et les coeurs. La beauté des choses dans cette lumière crépusculaire était un trésor multiplié sur les tables, aux murs, aux carreaux des fenêtres dont les rideaux tout à fait immobiles tombaient, neigeux, comme des stalactites phosphorescentes, cependant que le regard du chevreuil, les verres, les miroirs brûlaient de feux courts chaque fois que l’un des bonzes à la bouche fendue par un rire silencieux ou le patron rouge au comptoir craquait une allumette et l’approchait en tremblotant d’un cigare imbibé de salive septuagénaire.
Affalés à la table du fond, trois initiés rigolards hochaient leur tête plissée et chauve à la certitude des séries de petits alcools blancs à absorber cette soirée encore comme tous les soirs que Dieu fait.
Soudain M
e Mange avait compris que la vie ne pourrait jamais être meilleure que ces jours et qu’à cette minute. Non, jamais la paix ne serait plus étale, la joie plus fine, la pensée plus claire, le pays le plus ample et plus plein, les nourritures mieux liées au monde. Jamais la tendresse de Monna ne serait plus vraie pour lui. Jamais leur plaisir ne brûlerait plus profond. Ils se connaissaient depuis cinq mois. En cinq mois, Me Mange avait reconnu le mystère de Monna, avait appris à sonder, à parcourir ses terres dans l’angoisse et dans la douceur. Mais voici que s’ouvrait un temps égal qu’aucun autre nouveau règne ne vaudrait jamais. Il fallait le savoir et s’en montrer digne. Un commandement impérieux l’exigeait  : la terre promise commençait ici, entre ce village silhouetté dans la douceur mauve et la rivière où sautaient les truites dans leurs nappes de cuivre fondu. A cette heure les premiers fantômes se mettaient en marche entre les sources et les chênes. Oui, ici s’ouvrait la terre promise  : bois des pentes, châtaigniers de collines, vergers, pâtures, fermes aux longs toits pour couvrir l’ampleur des habitations, étables chaudes, écuries où craquait le foin plein de fleurs sèches dans la mâchoire des juments.

Je sors de la bibliothèque La Grande Beune.
Des souris sont en train d’établir leurs quartiers dans la maison. Il va falloir après avoir fait le taupier faire le dératiseur, une activité que je fais avec moins d’entrain. Pose un piège dans la chambre d’Arthur, un autre dans celle de Lili. Il y a des copeaux de je ne sais trop bien quoi dans un angle de l’entrée percé de plusieurs trous de souris. Je crains qu’elles n’aient colonisé la cavité sous les escaliers. Place à la fin deux pièges dans la chambre de Lili en raison de la présence attestée d’une souris que j’abandonne à ses instincts derrière la porte fermée.
Cherche au galop quelques images sur le net pour introduire demain la notion de discours rapporté avant d’emmener sitôt rentrées de l’école Lili et I. à Curtilles.
J’ai une heure à disposition pour baguenauder dans Lucens que je traverse en direction de Pra la Mort, loin du centre sur la route de Villeneuve. Bel ensemble d’arrosoirs.
L’orage gronde lorsque je rentre sans que la pluie ne fasse à la fin autre chose que noircir le sol et les pneus des voitures le bruit que fait le quart de boeuf lorsqu’on le jette dans l’huile bouillante pour le saisir. Je m’arrête sur la belle terrasse du café du Poids avant de reprendre les filles fiérotes d’avoir fait du galop dans le manège. Au Riau la chasse aux souris continue, on manque celle que Lili héberge contre son gré.
Comptais lire en fin d’après-midi Jeannot et Colin. J’écris en lieu et place ces notes avant de descendre à Ropraz récupérer Arthur. Je m’arrête et laisse la fin de journée à son erre.

Jean Prod’hom

P1110376 P1110378
P1110383 P1110390
P1110387 P1110389