Gif | 31 août 2016

 Pasted Graphic 1

Cher Jean,
J’étais devant l’ordinateur. Merci pour les nouvelles. Est-ce une consolation si je te confirme que plus à l’ouest et en plaine, le jour décroît aussi par les deux bouts, qu’il fait nuit noire, à six heures du matin, et que c’est un crève-coeur.
Non, la vue du lac ou de quoi que ce soit d’autre, à la porte-fenêtre du salon-salle à manger, ne suffit pas au bonheur. On le rencontre inopinément au détour d’un chemin. Il a partie liée avec les biens sans maître – « res nullius »-, les roches, les plantes, les bêtes, une échappée, des bouts de verre et des tessons d’argile. Le vieux Sénèque : « il faut une vie pour apprendre à vivre ». Quand on était pour se réjouir d’y voir plus clair, le tableau va s’effacer. La saison incline aux mélancoliques pensées.
On n’a pas eu de printemps mais, tout récemment, une vague de chaleur. Pour la deuxième année consécutive, je ne ferai pas la rentrée. Me sens coupable, confusément, de ne pas verser ma contribution, si mince soit-elle, à l’effort collectif. Les jeunes sont partout. On vieillirait ?
En pj, mes voisins corréziens. Une boutade du peintre Cueco : si les vaches limousines sont rouges, c’est parce que c’est la complémentaire du vert. Ainsi s’explique encore que les prés sont noirs, en Charolais.
Amitiés.
Pierre

P1070543 (1)
Photo | Pierre Bergounioux